Accéder au contenu principal

Coronavirus: les vaccins accaparés par les pays riches, selon Oxfam

La moitié des futures doses de vaccins contre le nouveau coronavirus déjà réservée par les pays riches, c’est le constat alarmant fait par l’ONG Oxfam.
La moitié des futures doses de vaccins contre le nouveau coronavirus déjà réservée par les pays riches, c’est le constat alarmant fait par l’ONG Oxfam. ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

La moitié des futures doses de vaccins contre le nouveau coronavirus déjà réservée par les pays riches, c’est le constat alarmant fait par l’ONG Oxfam ce jeudi :soit plus de 5 milliards de doses commandées auprès de plusieurs laboratoires dont les vaccins sont en phase 3 d’essais cliniques. De quoi rendre plus difficile l’approvisionnement à terme des pays les moins développés. Or, « l’accès vital aux vaccins ne doit pas dépendre d’où on habite ni de l’argent qu’on a », a regretté le président d’Oxfam.

Publicité

Ce groupe de pays riches qui concentrent 13% de la population mondiale a une stratégie simple : s’approvisionner par avance auprès de multiples fabricants concurrents pour s’assurer d’obtenir au moins un vaccin efficace dans le lot.

En tête de cette liste les Etats-Unis, l’Union européenne, qui concentrent à eux deux plus d’un milliard de doses.

Mais que restera-t-il pour les Etats dont les maigres ressources sont déjà épuisées dans la réponse immédiate à la crise sanitaire, demande Oxfam. Un dispositif de mutualisation internationale appelé Covax, soutenu par l’OMS, a réuni 170 Etats pour permettre aux moins développés d’avoir accès à un vaccin.

Mais il y a un absent de poids, les Etats-Unis qui boycottent le mécanisme. Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, a fustigé cette semaine le « nationalisme vaccinal » à l’œuvre et a annoncé la participation de l’UE à hauteur de 400 millions d’euros au dispositif Covax dont l’appel à contribution prend fin ce vendredi. Plus de 170 Etats y ont souscrit.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.