Accéder au contenu principal

En France, le vélo fait sa révolution

La rue de Rivoli, à Paris, est désormais dédiée aux cyclistes.
La rue de Rivoli, à Paris, est désormais dédiée aux cyclistes. Christophe ARCHAMBAULT / AFP
7 mn

Avec de plus en plus de pistes cyclables dans les villes et des ventes qui s’envolent, le vélo est devenu un véritable phénomène dans l’Hexagone. En 2019, les ventes de vélos électriques en France ont battu un nouveau record avec 388 100 unités. Le million pourrait être atteint à l’horizon 2025.

Publicité

La mobilité verte est-elle en marche sur une partie du territoire ? Le phénomène, qui a débuté il y a très longtemps dans les rues de Strasbourg, en Alsace, se propage désormais dans toutes les grandes villes françaises, y compris la capitale Paris. Par exemple, en raison de l'épidémie de Covid-19, la mairie de Paris a transformé en pistes cyclables 50 km d'axes habituellement réservés aux voitures, dont la symbolique et très fréquentée rue de Rivoli, qui longe le musée du Louvre. « Elles seront pérennisées », a indiqué la maire de Paris, Anne Hidalgo.

Le ministère des Transports a recensé plus de 500 km de « coronapistes » créées pendant la crise du Covid-19, dont il entend favoriser la transformation définitive en pistes cyclables. La fréquentation des pistes cyclables à l'échelle du pays a progressé de 29% depuis la fin du confinement par rapport à la même période en 2019. L'association Vélo & Territoires fait état d'une hausse spectaculaire de 67% sur un an pour Paris, +26% pour Lille et +24% pour Lyon. Environ 60% des trajets en voiture en région parisienne font moins de quatre kilomètres.

De nouveaux emplois à la clef

Le vélo est désormais tendance dans l’Hexagone et son secteur économique ne cesse de croître. Le gouvernement français a instauré une aide, prolongée jusqu'à la fin de l'année 2020, à la réparation de bicyclettes, consistant en un forfait de 50 euros. Ce système connaît un grand succès avec déjà 620 000 vélos réparés.

« Il y a un boom du vélo, c’est indéniable. L’année 2019 était déjà très bonne au niveau des ventes et il y a désormais un accélérateur qui ne s’essouffle pas, y compris dans les ateliers de nos magasins. Les 50 euros ont participé à cet engouement », confie Romain Gardelle, en charge du développement du rayon cycle pour l'enseigne Intersport.

Intersport, avec sa marque de vélo Nakamura, est devenu le premier fabricant dans l’Hexagone. L’enseigne s’adresse surtout à une clientèle qui a essentiellement besoin de mobilité, mais aussi au vélo loisir. Sans oublier la clientèle sportive. Ce qui génère des emplois à la clef. « Il y a un besoin de recrutement et nous aidons à la formation de jeunes pour la vente et la mécanique. Nous avons aussi des cursus en interne pour la formation à l’entretien des vélos électriques », confirme Romain Gardelle. Des métiers qualifiés dédiés à la mobilité verte devraient émerger durant les prochaines années.

Cyclistes devant le musée du Louvre, à Paris.
Cyclistes devant le musée du Louvre, à Paris. Christophe ARCHAMBAULT / AFP

Une offre désormais pléthorique

Le plan de relance de l'économie présenté par le gouvernement français début septembre inclut 200 millions d'euros en faveur du vélo. L'État a aussi décidé de doubler « pour les ménages modestes » les primes accordées par les collectivités pour l'achat d'un vélo à assistance électrique, jusqu'à 200 euros. Mais ce sont principalement les classes moyennes qui ont participé au boom du marché du vélo électrique, dont le prix moyen atteint 1 800 euros.

« Les gens ont compris que l’on pouvait utiliser un vélo dans une grande ville », se réjouissent Nicolas et Martin, créateurs de la marque Cavale, qui propose un vélo électrique assez haut de gamme, fabriqué à 80% sur le territoire national. Si Nicolas et Martin avaient largement observé le phénomène aux Pays-Bas, ils tablaient sur une chose identique en France.

« Les Pays-Bas ont toujours eu de l’avance sur nous, disent-ils. C’était un challenge de créer notre marque. Notre génération est en quête de sens. On ne voulait pas un vélo qui ait fait le tour du monde sur un paquebot. On veut connaître nos fournisseurs, proposer plus qu’un vélo, un bel objet. On privilégie la vente en direct. Nous proposons de recevoir nos clients sur rendez-vous pour connaître leur besoin. C’est une approche très personnalisée. » Désormais, ils rêvent d’ouvrir « une belle boutique » dans Paris avec un atelier de réparation.

2,33 milliards d'euros, le chiffre d'affaires du marché du cycle en France

En 2019, les ventes de vélos électriques ont battu un nouveau record avec 388 100 unités. Le chiffre d'affaires du marché du cycle (vélos et accessoires) a bondi de 10,1% sur un an et s'élève désormais à 2,33 milliards d'euros.

Ce résultat est largement tiré par le vélo à assistance électrique, qui poursuit sa croissance à deux chiffres. Si les vélos électriques ne représentent actuellement que 15% des ventes en volume, l'Union Sport & Cycle estime que la barre du million de vélos électriques vendus par an pourrait être dépassée à horizon 2024-2025.

En 2019, les ventes de vélos électriques ont battu un nouveau record en France avec 388 100 unités.
En 2019, les ventes de vélos électriques ont battu un nouveau record en France avec 388 100 unités. Photo: Cannondale

« Le vélo, c’est plus qu’une tendance, c’est une façon de vivre. C’est un sport noble. On pousse à son utilisation », s’enthousiasme Guillaume Koch, directeur marketing pour la France, le Benelux et la Suisse de la marque américaine Cannondale, qui fêtera ses 50 ans en 2021. Marque spécialisée à la base sur le vélo de compétition route et VTT, Cannondale a pris un nouveau virage et assure désormais la production de vélos urbains dont les prix débutent autour de 700 euros, jusqu’à des vélos haut de gamme électriques vendus près de 6 000 euros.

La vente en ligne explose aussi

« Le phénomène ne date pas d’hier. Par exemple, le boom du VTT électrique a débuté pour nous en 2014 », expose Guillaume Koch, dont la marque est présente actuellement sur le Tour de France à travers l’équipe américaine Education First Pro Cycling et son leader colombien Rigoberto Urán. Elle sponsorise aussi des vététistes comme le Français Maxime Marotte ou le Brésilien Henrique Avancini. « Cela nous apporte de la visibilité, de la notoriété et nous sert de laboratoire. Tous les gros fabricants de vélos ont des équipes », indique Guillaume Koch. Mais c’est le grand public qui est avant tout visé avec ce nouveau marché assez juteux qui gagne toute l'Europe.

Et pour amplifier ses ventes, Cannondale propose désormais la vente en ligne, sans casser les prix, pour garder le prestige de la marque. « L’achat en ligne est devenu plus populaire. Il y a une livraison du vélo prêt à rouler via nos détaillants », dit Guillaume Koch, qui concède volontiers que les milléniaux, ou génération Y, qui regroupent l'ensemble des personnes nées entre le début des années 1980 et la fin des années 1990, sont une des nouvelles cibles de la marque.

À l’avenir, Guillaume Koch veut croire qu’après le boom du VTT électrique, le vélo de route électrique type compétition fera son apparition pour les grandes balades du week-end. Histoire de sortir des agglomérations et prendre un grand bol d’air.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.