Accéder au contenu principal

Liberty Steel lance une offre de rachat de Thyssenkrupp, IG Metall ne la voit pas d'un bon œil

Le groupe britannique Liberty Steel propose de racheter les activités du conglomérat allemand Thyssenkrupp dans l’acier.
Le groupe britannique Liberty Steel propose de racheter les activités du conglomérat allemand Thyssenkrupp dans l’acier. Reuters
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le groupe britannique Liberty Steel, fondé et dirigé par l'industriel Sanjeev Gupta, propose de racheter les activités du conglomérat allemand Thyssenkrupp dans l’acier. Le puissant syndicat allemand IG Metall ne voit pas d'un bon œil ce rapprochement.

Publicité

L'offre de Liberty Steel intervient alors que Thyssenkrupp, qui produit des sous-marins, des composants automobiles ou encore des bobines d'aciers, est lourdement touché par la crise de l'acier et la pandémie du Covid-19. L'Allemand envisage de vendre sa division sidérurgique, mais il aurait préféré l'Indien Tata ou le Suédois SSAB. Le groupe n'exclut pas une prise de participation de l'Etat. Une idée que soutient IG Metall.

Pour le puissant syndicat allemand, Thyssenkrupp n'a pas besoin d'un nouveau propriétaire, mais de capital afin d'effectuer une transition vers la production d'acier neutre pour le climat. Mais il ne veut pas de Liberty Steel. Or, peu d'entreprises du secteur peuvent se permettre financièrement une telle mue. Liberty Steel est ce type d'entreprise.

Grâce à son rachat de plusieurs sites européens, dont Ascoval en France, Liberty Steel est devenu l'un des leaders du secteur. Pour le Britannique, un partenariat avec Thyssenkrupp serait une bonne réponse à la crise et aux défis de l'environnement. Il promet de ne pas détruire les emplois.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.