North Stream 2: Washington annonce des sanctions contre le navire russe poseur de pipelines

Des sanctions américaines visent le navire Fortuna utilisé pour achever la construction du gazoduc Nord Stream 2. Ici, dans la mer Baltique, le 30 septembre 2020.
Des sanctions américaines visent le navire Fortuna utilisé pour achever la construction du gazoduc Nord Stream 2. Ici, dans la mer Baltique, le 30 septembre 2020. REUTERS - OLIVER DENZER
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Donald Trump lance un ultime obstacle à la finalisation de la construction du gazoduc North Stream 2, entre la Russie et l’Allemagne. À quelques heures de la fin de l’administration Trump, Washington sanctionne la compagnie russe KVT, propriétaire du bateau chargé de poser les derniers pipelines.

Publicité

Alors qu’il reste 100 kilomètres de tuyaux à poser au fond de la mer Baltique pour permettre l’acheminement du gaz russe vers l’Europe, les États-Unis annoncent des sanctions administratives contre le navire russe Fortuna, poseur de pipelines.

Le gazoduc North Stream 2, qui doit doubler les capacités de livraison de gaz russe de North Stream 1, devait être financé pour moitié par le géant russe Gazprom et par des sociétés européennes. Mais les États-Unis se sont très vite déclarés hostiles au projet, considérant qu’il rendrait les Européens trop dépendants du gaz russe.

Dès lors, Washington n’a cessé de multiplier les sanctions. Ce qui a conduit les sociétés européennes à renoncer à participer au projet. Face au retrait des Européens, Moscou a décidé d’envoyer un bateau russe pour finaliser la pose des pipelines.

L’annonce de cette sanction de Washington barre donc de nouveau la route au futur gazoduc. Est-ce que North Stream 2 – dont la mise en service était prévue début 2020 – transportera un jour du gaz russe vers l’Europe ? La réponse viendra du nouveau président Joe Biden. 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail