Malgré la pandémie, les banques américaines affichent des résultats insolents

Le bénéfice net de la banque américaine Morgan Stanley a progressé de 23% en 2020.
Le bénéfice net de la banque américaine Morgan Stanley a progressé de 23% en 2020. AP - Mark Lennihan
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Signe d’une santé insolente des grandes banques américaines, alors que le pays est l’un des pays affectés dans le monde par la pandémie de Covid-19, le PDG de Morgan Stanley va toucher 33 millions de dollars pour l’exercice 2020, soit une augmentation de 22% par rapport à l’année précédente.

Publicité

La rémunération de James Gorman est justifiée, explique la banque d’affaires Morgan Stanley. Elle a fondé sa décision à la fois sur l’évaluation du travail exceptionnel du PDG de l’institution sur la stratégie, notamment à long terme et sur « la performance financière record de l'entreprise pour 2020 », selon un document transmis par Morgan Stanley au gendarme boursier américain.

Le bénéfice net de la banque a en effet progressé de 23% l’année dernière, à 10,5 milliards de dollars. La sixième banque américaine depuis une décennie n’est pas la seule à avoir connu des résultats en hausse – on se souvient qu’elles avaient été à l’origine de la crise financière de 2008.

Elles ont profité d’une solide santé des marchés financiers, particulièrement en forme à la fin de l’année dernière, portés par l'élection présidentielle américaine, l'afflux d'informations sur l'arrivée de vaccins contre le Covid-19 et l'espoir d'un nouveau plan de relance aux États-Unis.

Les grandes sociétés ont donc en général bien tenu la barre et maintenu leurs activités, pendant une pandémie qui a au même moment détruit des millions d'emplois et conduit à la faillite de nombreuses petites entreprises dans le pays.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail