Transport: bataille en prévision pour les créneaux de vols dans les aéroports européens

L'aéroport d'Orly devrait être au cœur des intérêts des compagnies cherchant à créer de nouvelles bases en Europe.
L'aéroport d'Orly devrait être au cœur des intérêts des compagnies cherchant à créer de nouvelles bases en Europe. © Christophe Ena/AP

Dans les aéroports, la lutte pour les créneaux de décollage et d'atterrissage s'intensifie. La Commission européenne demande à Air France-KLM de rétrocéder des créneaux à d'autres. C'est la contrepartie exigée par Bruxelles suite à la recapitalisation de la compagnie par l'État français.

Publicité

Trois milliards d'euros de prêt ont été accordés à Air France-KLM par la France. L'Union européenne donne son feu vert. Mais en échange, il faut laisser de la place aux autres compagnies qui ne sont pas aidées. Air France doit donc restituer 24 de ses créneaux d'atterrissage et de décollage à l'aéroport parisien d'Orly.  Idem pour KLM qui doit rendre des créneaux à l'aéroport d'Amsterdam.

Orly au cœur des intérêts

Cela pourrait réorganiser le paysage du transport aérien estime Yann Derocles analyste en charge du secteur de l'aéronautique au sein du groupe financier Oddo BHF : « On a des aéroports primaires internationaux qui sont relativement demandés et là on va avoir effectivement des batailles assez fortes pour obtenir ces créneaux horaires-là. À Orly, par exemple, Easyjet pourrait être intéressé pour augmenter ses parts de marché. Ryanair, qui a toujours regardé avec envie Orly, pourrait participer à cette ouverture pour y créer une base. »

En Europe ces créneaux n'appartiennent pas aux compagnies. Elles peuvent les conserver si elles arrivent à les utiliser au moins 80 % du temps.

Vols sans passagers

Cela avait donné lieu à des vols irrationnels et sans passager lors du premier confinement. La Commission européenne permet désormais aux compagnies de garder leurs créneaux même sans voler. Une règle qui pourrait être prolongée au moins jusqu'à la fin octobre.

►À écouter aussi : Aujourd'hui l'économie - Aviation: pourquoi les compagnies à bas coût vont imposer leur modèle

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail