L'OCDE table sur une croissance mondiale de 5,6% en 2021, des prévisions en forte hausse

© CC0 Pixabay/Michael Gaida

Dans ses perspectives économiques intérimaires publiées ce mardi 9 mars, l’Organisation de coopération et de développement économiques table sur les effets conjugués du méga-plan de relance américain et de la vaccination. Toutefois, le retour à la situation d'avant la pandémie ne sera possible que plus tard dans l'année, ou même en 2022. 

Publicité

En 2021, la croissance de l'économie mondiale pourrait atteindre 5,6% contre 4,2% initialement prévus. À lui seul, le méga-plan de soutien voulu par le président Joe Biden pour relancer la première économie mondiale contribue à hauteur de 1 point de pourcentage à cette révision.  

Pour la France, l'OCDE table sur un rebond de 5,9%, quasiment inchangé par rapport à ses dernières prévisions, de 5,7% pour l'Espagne, de 4,1% pour Italie et de 3% pour l'Allemagne.

La Chine devrait afficher une croissance de 7,8%. Mais c'est en Inde que le rebond est le plus spectaculaire: après avoir plongé de 7,4% en 2020, le PIB devrait progresser de 12,6% cette année.

booster la vaccination

En revanche, des retards dans la vaccination pourraient hypothéquer cette reprise, notamment en Europe, estime Laurence Boone, la cheffe économiste de l'OCDE  : « Nous ne disons pas que l'Europe n'en fait pas assez sur le plan budgétaire, mais nous disons qu'elle devrait accélérer sur le plan de la vaccination. Parce que les consommateurs ne sortent toujours pas, ne voyagent pas, ne peuvent pas faire des choses. C'est la politique de santé conjuguée à la politique budgétaire qui compte vraiment ».

Plus de 304,8 millions de doses de vaccins anti-Covid ont été administrées dans le monde un chiffre qui cache de profondes disparités: Israël a vacciné près de 60% de sa population, les États-Unis près de 20%, la France autour de 5% et le Brésil 3%, selon les calculs de l'OCDE.

La crise pourrait avoir des effets à long terme dans bon nombre de pays, et surtout sur les jeunes, comme c'était déjà le cas après la crise financière en 2008.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail