Arnaque aux cryptomonnaies: une enquête ouverte en Turquie

Depuis mercredi, impossible pour les clients de Thodex de retirer leurs avoirs (illustration).
Depuis mercredi, impossible pour les clients de Thodex de retirer leurs avoirs (illustration). AP - Ramon Espinosa

Le patron de la plateforme de cryptomonnaie turque Thodex s’est volatilisé, laissant des centaines de milliers de clients sur la paille. Une enquête a été ouverte pour malversations présumées. Le dommage serait estimé à 2 milliards de dollars.  

Publicité

Où est passé Fatih Faruk Özer ? Le patron de Thodex s’est-il enfui en Thaïlande ou en Albanie avec les 2 milliards de dollars d’actifs que géraient jusqu’ici sa plateforme, comme l’évoque la presse locale ? Les autorités ont partagé une photo du jeune homme, âgé de 27 ou 28 ans, prise lors du contrôle de son passeport au principal aéroport international d'Istanbul, sans fournir de précision.

Mercredi, la plateforme fondée en 2017, a mystérieusement annoncé la suspension des échanges pendant « quatre ou cinq jours » et rendu son site inaccessible, déclenchant la panique d'utilisateurs dans l'impossibilité de retirer leurs avoirs. Comme tant d’autres Turcs, ils se sont tournés vers les cryptoactifs comme alternative pour préserver leur épargne de l’inflation record et de l’effondrement de la livre. Avant le blocage de son site, la plateforme Thodex, sorte de bourse d'échange de monnaies virtuelles, hébergeait les avoirs de centaines de milliers d'utilisateurs pour un montant total de 2 milliards de dollars (près de 1,7 milliard d'euros), ont affirmé plusieurs médias turcs.

Plusieurs plaintes ont été déposées pour « escroquerie aggravée », déclenchant ce jeudi l'ouverture d'une enquête du bureau du procureur d'Istanbul contre Faruk Fatih Ozer. Face à ces accusations, Thodex a rompu son silence en publiant sur Twitter un communiqué portant la signature de son dirigeant dans lequel celui-ci dénonce une « campagne de diffamation » et rejette des « allégations infondées ».

Faruk Fatih Ozer affirme se trouver à l'étranger depuis lundi pour « des discussions avec des partenaires » et qu'il compte rentrer en Turquie « dans quelques jours ». Il ajoute que le site de Thodex a été rendu inaccessible pour des opérations de maintenance après que des « mouvements suspects ont été détectés », évoquant une « cyberattaque ».

Depuis que l’affaire a éclaté, les appels à réguler le secteur ont redoublé de vigueur en Turquie jusqu’au sommet de l’État. La semaine dernière, les autorités turques avaient justement décidé de limiter leur emprise en interdisant les paiements en cryptomonnaies.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail