États-Unis: Epic Games contre Apple, ouverture d'un procès aux enjeux majeurs

Epic Games a lancé Fortnite en 2017, un jeu dit de «bataille royale»  -les participants cherchent à être le dernier survivant- qui est rapidement devenu un phénomène culturel mondial (photo d'illustration du 2 mai 2021).
Epic Games a lancé Fortnite en 2017, un jeu dit de «bataille royale» -les participants cherchent à être le dernier survivant- qui est rapidement devenu un phénomène culturel mondial (photo d'illustration du 2 mai 2021). REUTERS - DADO RUVIC

Le procès d'Epic Games contre Apple s'ouvre ce lundi devant un tribunal de San Francisco. L'éditeur du très populaire jeu vidéo Fortnite reproche au fabricant de l'iPhone des pratiques anti-concurrentielles.

Publicité

C'est un événement qui sera scruté de près par de nombreuses entreprises de la tech. De hauts responsables, dont le patron d'Apple Tim Cook et celui d'Epic Games Tim Sweeney sont attendus en personne à ce procès.

Epic Games accuse son adversaire d'abus de position dominante. L'éditeur du jeu vidéo affirme que les commissions prélevées par Apple sur la plupart des transactions, ainsi que sur les applications téléchargées à travers l'Apple Store sont trop élevées. Ces commissions vont de 15 à 30%. 

Pour le plaignant, le fabricant d'iPhone profite ainsi d'un monopole sur le marché des applications distribuées sur ses smartphones et tablettes. Epic Games l'accuse donc d'être juge et partie et de privilégier ses propres applis.

La firme californienne rétorque que les sommes exigées sont d'un niveau standard et qu'elles assurent le bon fonctionnement de la plateforme, notamment en termes de sécurité. 

Dans le passé, Epic Games avait essayé de contourner Apple en offrant à ses utilisateurs une alternative à son système de paiement. Une tentative immédiatement sanctionnée par la marque à la pomme qui a exclu le jeu vidéo de sa plateforme pour rupture de contrat.  

L'affaire dépasse désormais leur contentieux. D'autres entreprises comme Spotify ou Deezer jugent les pratiques d'Apple déloyales.

Ajoutons qu'Apple a été accusé vendredi dernier par la Commission européenne pour les motifs similaires : celui de fausser la concurrence sur le marché de la musique en ligne, et celui d'abus de position dominante pour évincer ses rivaux.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail