Brexit: la tension monte autour de l'accès des pêcheurs français aux eaux de Jersey

Des bateaux de pêche au port du Guilvinec en Bretagne le 3 juin 2020 (Image d'illustration).
Des bateaux de pêche au port du Guilvinec en Bretagne le 3 juin 2020 (Image d'illustration). © FRED TANNEAU/AFP

Rien ne va plus entre Paris et Jersey. Les autorités de l’Ile anglo-normande dénoncent une réaction disproportionnée de la France. La ministre de la Mer, Annick Girardin menace Jersey de rétorsion, si les autorités britanniques continuent à restreindre l'accès des pêcheurs français à ses eaux.

Publicité

« Inadmissible » s'est exclamé la ministre de la Mer, Annick Girardin dénonçant les conditions de pêche imposées aux marins français par Jersey. La ministre est allée jusqu'à menacer de couper le transport d’électricité par câble sous-marin qui alimente l’île depuis la France.

Paris s'agace du comportement britannique

Paris reproche à Londres, de ne pas respecter, l'accord conclu dans le cadre du Brexit. Les Britanniques ont autorisé 41 navires français à pêcher sur 344 demandes. Il n'y a pas qu'à Jersey. Pour les pêcheurs des Hauts-de-France, 88 licences accordées sur 163 demandées. Et pour la Bretagne Nord, 13 licences pour 40 demandées.

Londres délivre les autorisations au compte-gouttes, alors que l’accord commercial signé fin 2020 par Londres et Bruxelles permet aux pêcheurs européens de continuer à accéder aux eaux britanniques, pendant une période de transition de cinq ans et demi, à l’issue de laquelle ils devront renoncer à 25 % de leur prise.

Un autre problème est la gestion des quotas dans les eaux partagées avec les Britanniques. Londres et Bruxelles se sont mis d’accord sur des volumes temporaires, dont les montants doivent être revus au mois de juillet.

►À écouter aussi : Accents d'Europe - Brexit: des premiers mois chaotiques

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail