G7: un rapport britannique préconise une reprise mondiale verte et inclusive

Boris Johnson à Lancaster House à Londres, le 5 mai 2021, où sont réunis les ministres des Affaires étrangères du G7 en prévision du sommet qui se tiendra du 11 au 13 juin.
Boris Johnson à Lancaster House à Londres, le 5 mai 2021, où sont réunis les ministres des Affaires étrangères du G7 en prévision du sommet qui se tiendra du 11 au 13 juin. REUTERS - HANNAH MCKAY

Le prochain sommet du G7 présidé par le dirigeant britannique Boris Johnson se tiendra dans les Cornouailles, dans le sud de l'Angleterre, du 11 au 13 juin prochain. À cette occasion, Boris Johnson a commandé un rapport indépendant présenté ce lundi intitulé « Le leadership du G7 pour une reprise et une croissance économiques durables, résilientes et inclusives »

Publicité

Dans le rapport présenté ce lundi, le célèbre professeur d'économie à la London School of Economics, Nicholas Stern préconise aux pays du G7 d'investir 1 000 milliars de dollars par an d'ici 2030 pour une reprise économique forte et durable après la pandémie. 

Mille milliards de dollars par an, c'est 2% du PIB pré-pandémie des pays du G7 et c'est donc l'investissement que devraient effectuer ses sept pays s'ils veulent une croissance qui puissent résister sur le long terme après la crise du Covid-19. 

Une croissance qui puisse aussi faire face à un ensemble de défis imbriqués les uns aux autres : les coûts sanitaires de cette pandémie mais aussi ses effets sociaux dévastateurs sur le marché de l'emploi notamment, la hausse des inégalités qui a perturbé l’éducation de 90% des enfants dans le monde et les menaces croissantes dues à la dégradation de l'environnement et à la perte de la biodiversité. 

À lire aussi : Le G7 débat d’une aide du FMI aux pays pauvres face à la crise de Covid-19

Un effet démultiplicateur qui demande un « effort international urgent », souligne la London school of Economics, tout en gérant de manière responsable la dette. Une mission qui demandera des efforts coordonnées

Et en matière de climat, il faudra aller bien plus loin que les promesses actuelles. Le G7 doit « s'engager collectivement à doubler le financement climatique » avant le prochain sommet Climat en novembre prochain à Glasgow en Écosse, et faire des progrès plus rapides notamment sur la tarification du carbone.

Et l'auteur de conclure : un monde qui parviendrait à des émissions nulles et qui serait résilient au changement climatique offrirait la plus grande opportunité économique et commerciale de notre époque.

► À lire aussi : Le Royaume-Uni accueillera le prochain G7 en juin

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail