Avec 12 avions achetés par la Croatie, le «Rafale» confirme son succès tardif

Un «Rafale» Marine se pose sur le «Charles-de-Gaulle» (image d'illustration).
Un «Rafale» Marine se pose sur le «Charles-de-Gaulle» (image d'illustration). Eric Feferberg AFP/Archivos

La Croatie a annoncé son intention d'acquérir douze exemplaires d'occasion du «Rafale», le fleuron de l'aéronautique de défense française. Au total, 156 appareils ont été vendus à l'étranger, soit plus que les 137 «Rafale» en service dans l'armée française.

Publicité

Le Rafale a eu du mal à trouver le chemin de l'export... Vingt ans auront été nécessaires pour que l'appareil parvienne à maturité et face ses preuves lors d'opérations. Le Rafale, dans sa dernière version F3R, est réellement devenu séduisant. Reconnaissance, interception et attaque au sol, l'appareil peut tout faire. Et les commandes se multiplient.

Après l'Égypte, le Qatar, l'Inde ou la Grèce, la Croatie vient de passer commande pour douze appareils. Le contrat croate, qui devrait être signé en fin d'année, s'élève à un milliard d'euros. Les avions seront prélevés au sein du parc de l'armée de l'air pour une livraison prévue en 2023 et 2025.

Des contrats suisses et finlandais en ligne de mire

Ce nouveau succès commercial, s'il n'est pas le plus important en volume, est cependant stratégique. Car en Croatie, le Rafale était en concurrence avec le F-16 américain dans une compétition très ouverte. C'est donc la première fois qu'il s'impose face à son rival américain.  

Et cette vente pourrait en appeler d'autres en Europe. Dans les prochaines semaines, la Suisse et la Finlande doivent se prononcer. Ce qui représente deux contrats pour une centaine d'appareils. Si le Rafale s'impose il passerait indéniablement d'avion maudit à best-seller, comme le fut en son temps le Mirage.

► À lire aussi : Commande de Rafale passée par l'Égypte: un méga-contrat qui tombe à pic pour Dassault

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail