Espionnage: le Crédit Suisse trouve un accord à l'amiable avec son ancien banquier star

 Près de deux ans après le début de l’affaire, Credit Suisse est parvenu à un accord à l'amiable avec son ancien banquier vedette, Iqbal Khan.
Près de deux ans après le début de l’affaire, Credit Suisse est parvenu à un accord à l'amiable avec son ancien banquier vedette, Iqbal Khan. AFP/Archives

Près de deux ans après le début de l’affaire, Credit Suisse est parvenu à un accord à l'amiable avec son ancien banquier vedette, Iqbal Khan. Cette affaire présumée de filature avait aussi entraîné le départ du directeur général du groupe, Tidjane Thiam.

Publicité

« Toutes les personnes impliquées ont accepté de régler le problème et cette affaire est désormais close ». C’est une déclaration laconique d'une porte-parole du Crédit Suisse. Selon un journal suisse qui avait révélé l'information, l'accord va permettre l'abandon des plaintes au pénal déposées par Iqbal Khan contre la banque et des détectives privés.

Mais l'affaire laisse peut-être encore des traces puisqu’un porte-parole de l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers a assuré que la procédure lancée l'an dernier contre l'établissement bancaire était toujours en cours, sans apporter plus de précisions.

L'ancien directeur général innocenté

Or, cette affaire comporte plusieurs épisodes. Tout a commencé avec la révélation de cette filature présumée d'Iqbal Khan après son départ pour rejoindre la banque concurrente UBS. Quelques mois plus tard, Credit Suisse reconnaissait avoir espionné un ancien directeur des ressources humaines. Puis nouveau rebondissement en février 2020, quand le Sonntag Zeitungs révèle que l'organisation Greenpeace aurait été infiltrée.

Quelques jours plus tard, Tidjane Thiam démissionnait. L'ex-directeur général franco-ivoirien de la banque déclarait alors n'avoir pas eu connaissance des filatures. Une enquête interne menée après la première révélation l'avait d'ailleurs innocenté. Mais d'après plusieurs sources cette accumulation de scandales avait tendu les relations entre Tidjane Thiam et Urs Rohner, le président de l'époque du Crédit Suisse.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail