France: les commandes de champagne reprennent leur rythme pré-pandémique

Les commandes de champagne ont explosé en 2021. Ici, le viticulteur Vincent Legras, à Reims, le 28 juillet 2021.
Les commandes de champagne ont explosé en 2021. Ici, le viticulteur Vincent Legras, à Reims, le 28 juillet 2021. © François Nascimbeni, AFP

Les producteurs de champagne français sabrent les bouteilles. Leurs vins profitent de l'amélioration du contexte sanitaire et de la reprise de l'activité : les demandes de bulles explosent, la filière s’attend à « vendre autour de 300 millions de bouteilles » en 2021, soit une reprise beaucoup plus rapide que prévu par rapport à 2020.

Publicité

L’année 2021 semble noire pour la viticulture française, mais pas pour les ventes de vins de champagne : ce secteur s'attend même à une année record.

Les carnets de commandes en attestent. Selon le Comité champagne, dans un contexte de reprise économique mondiale, la plupart des marchés connaissent un redémarrage spectaculaire. Conséquence : près de 114 millions de bouteilles ont été expédiées au premier semestre 2021, soit une hausse de 50 % par rapport à 2020, année marquée par la pandémie et la crise conséquente.

Ce sont notamment l'Europe, l'Amérique du Nord et l'Australie qui sont à l'origine de cette embellie. À l'exception du marché français, qui lui, ne repart pas.

La filière s'attend à « vendre autour de 300 millions de bouteilles », soit un retour « sur une année normale plus vite » que prévu, a indiqué le président du Syndicat général des vignerons Maxime Toubart.

« Solution diplomatique » au différend avec la Russie

Les professionnels du champagne subissent les conséquences d'une nouvelle loi russe qui les pénalise depuis de leur appellation protégée. Signée le 2 juillet, la nouvelle loi vitivinicole russe oblige les distributeurs de champagne à troquer leur titre prestigieux contre celui de « vin pétillant » sur la contre-étiquette des bouteilles écrites en cyrillique, réservant la dénomination « champanskoïe » aux producteurs russes de vins pétillants.

Cela a créé un conflit qui devrait se finir via « une solution diplomatique entre la France et la Russie », selon le maire d'Epernay, Franck Leroy. Le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie a promis qu’on « ne lâchera rien », indiquant avoir « sollicité les autorités russes », a-t-il dit lors d’une visite à la Foire de Châlons.

► À lire aussi : La production française de vin devrait chuter à un niveau historiquement bas

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI