Énergies: Bouygues va racheter Equans à Engie pour 7,1 milliards d'euros

Sept milliards 100 millions d'euros, c'est la coquette somme que Bouygues s'apprête à débourser pour racheter à Engie sa jeune entité baptisée Equans.
Sept milliards 100 millions d'euros, c'est la coquette somme que Bouygues s'apprête à débourser pour racheter à Engie sa jeune entité baptisée Equans. LOIC VENANCE / AFP

Sept milliards 100 millions d'euros, c'est la coquette somme que Bouygues s'apprête à débourser pour racheter à Engie sa jeune entité baptisée Equans. Cette entité d'Engie, dédiée aux services techniques dans l'énergie, emploie 74 000 personnes dans le monde.  Une opération stratégique pour Engie comme pour Bouygues. 

Publicité

Avec cette vente, Engie franchit une étape importante dans la mise en œuvre de la stratégie de restructuration de son activité. Equans a d'ailleurs été créé spécialement en vue d'une scission des activités de services techniques du géant de l'énergie. Elle regroupe les activités de climatisation, de chauffage et ventilation ou encore d'électricité et du numérique.

Alors que deux autres compétiteurs étaient en lice, l'entreprise de BTP Eiffage et le fonds américain Bain Capital allié au financier Marc Ladreit de Lacharrière via sa holding Fimalac, « l'offre de Bouygues était la mieux-disante au regard de l'ensemble des critères retenus par Engie, y compris sur le plan financier », a annoncé le géant français de l'énergie dans un communiqué publié dans la nuit de vendredi à samedi, à l'issue d'un conseil d'administration.

Cette vente à un autre groupe français permettra à Engie de réduire de 7 milliards d'euros sa dette nette économique. Cela doit surtout lui permettre de se concentrer sur un éventail d'activités restreint, en particulier les énergies renouvelables et les réseaux.

► À écouter aussi : Le capitalisme familial français en question

Une opération historique pour Bouygues

Une stratégie avec laquelle Bercy est d'accord sur le fond, même si, à l'approche de la présidentielle, le gouvernement dit garder un œil vigilant sur l'emploi et les enjeux de souveraineté.

De son côté, Bouygues se félicite de s'être engagé dans « l'opération la plus importante de son histoire ». L'activité qui rassemblera Equans et le pôle Energies et services de Bouygues représentera un chiffre d'affaires combiné d'environ 16 milliards d'euros et comptera pas loin de 100 000 salariés. Ce sera même « le premier métier de Bouygues en termes de chiffre d'affaires et de nombre de collaborateurs ».

Cette cession doit être finalisée au second semestre 2022, sous réserve de l'accord des autorités règlementaires.

► À écouter aussi : Catherine MacGregor, directrice générale d’Engie

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail