L'immobilier en chute libre au Royaume-Uni

Un panneau « À vendre » photographiée à l'extérieur d'une propriété résidentielle dans le nord de Londres, le 30 septembre 2022.
Un panneau « À vendre » photographiée à l'extérieur d'une propriété résidentielle dans le nord de Londres, le 30 septembre 2022. AFP - ISABEL INFANTES

Nouvel indicateur inquiétant pour l'économie britannique. La demande d'achats de bien immobiliers a chuté de 44% depuis fin septembre. L'annonce du mini-budget par le gouvernement de Liz Truss, depuis remplacée au poste de Première ministre, a déclenché une panique sur les marchés. Il n'y a plus d'acheteurs. 

Publicité

Conséquence première de la flambée des taux d'emprunt. Ils étaient à plus de 6% début octobre. Dans ce contexte de forte inflation, les Britanniques n'investissent plus dans la pierre.

Les ventes ont chuté de 28% selon un site d'annonces immobilières. Elles reviennent au niveau d'avant pandémie de Covid-19.

Les mesures annoncées par le gouvernement de Liz Truss ont entraîné de fortes turbulences sur les marchés. L'annulation de ce plan budgétaire par Jeremy Hunt, le nouveau chancelier de l'Échiquier, a légèrement fait retomber les taux d'emprunt immobilier. Ils devraient se situer autour de 5% au début de l'année prochaine. Mais les prix vont indéniablement baisser. Le marché ne peut faire face à cette trop faible demande à plus long terme. 

Les difficultés de financements des acheteurs ne devraient toutefois pas s'améliorer. 2 millions de foyers ont souscrit des emprunts à taux d'intérêts variables. 3 millions vont devoir renégocier leurs prêts. Au risque de ne plus pouvoir suivre le rythme imposé.

À lire aussi Immobilier: flambée des prix au Royaume-Uni ces derniers mois

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI