NIGER / MALI / FRANCE

Otages français en Afrique: les familles face à François Hollande

François Hollande a assuré aux familles que «que rien ne viendrait entraver l'action de la justice»..
François Hollande a assuré aux familles que «que rien ne viendrait entraver l'action de la justice».. REUTERS/Darrin Zammit Lupi

François Hollande a assuré ce mardi les familles des deux jeunes Français enlevés à Niamey le 7 janvier 2011 et tués quelques heures plus tard, « que rien ne viendrait entraver l'action de la justice ». Les familles de Vincent Delory et d'Antoine de Léocour n'ont pas fait de commentaires mais elles ont déjà demandé la levée du secret défense pour obtenir notamment la totalité du film de l'assaut des forces spéciales françaises. La veille, François Hollande avait reçu à l'Elysée les familles de deux autres otages, toujours aux mains de leurs ravisseurs, Philippe Verdon et Serge Lazarevic. Au lendemain de ce rendez-vous, celles-ci se sont exprimées face à la presse pour dire leur angoisse.

Publicité

On a vraiment le sentiment qu’il y a un bras de fer qui s’est installé.

Jean-Pierre Verdon, père de Philippe

Les déclarations de l’Elysée sur le nord du Mali inquiètent Pascal Lupart, président du Comité de soutien aux deux otages français de Hombori au Mali : « Si on a l’intention d’avoir une position très ferme sur les leaders d’al-Qaida, est-ce qu’on a prévu de faire quelque chose en simultané pour les otages parce que, à partir de ce moment-là, ils ne sont plus en danger de mort mais ils sont directement condamnés ».

Un sentiment partagé par Jean-Pierre Verdon. Il pense à son fils, Philippe, jour et nuit : « On est complètement habité par ce problème. On a cessé de vivre de manière normale depuis cette chose-là et nous sommes en tension permanente. On vit avec un téléphone à la main ».

Jean-Pierre Verdon est fébrile, car les négociations semblent au point mort avec les ravisseurs : « Il semblerait que cette katiba n’ait pas exprimé de manière claire ce qu’elle veut. On sait que les services de l’Etat ont essayé d’envoyer des messagers pour jeter un pont. On sait que ces messagers ont rencontré les ravisseurs. Ces négociations sont entrées dans les faits il y a quelques mois, elles se poursuivent, mais sans que rien de significatif ne soit intervenu ».

La détermination du président français

Le père de Philippe Verdon craint aussi que Paris ait l’oreille de la Mauritanie et l’Algérie, deux pays qui appellent à ne plus verser de rançons aux preneurs d’otages : « On sait qu’il y a eu une série de pressions à l’international pour arrêter le paiement des rançons parce qu’on sait que ça "réhydrate" les gens qui nous sont opposés ».

A la question sur l'éventuel refus de payer les rançons par Paris, Jean-Pierre Verdon reste dans le doute : « On n’en sait rien. D’après les déclarations qui sont faites, on a vraiment le sentiment qu’il y a un bras de fer qui s’est installé ».

Les familles des otages, cela dit, ne remettent pas en cause la détermination de François Hollande. Le président français leur a assuré qu’il suivait personnellement leur dossier.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail