Revue de presse Afrique

A la Une : Charles Blé Goudé accusé de 184 meurtres

Audio 04:16
© AFP/Pius Utomi Ekpei

Publicité

184 meurtres, 38 viols, 126 actes inhumains et 348 persécutions… Des charges extrêmement lourdes. « Charles Blé Goudé sera-t-il renvoyé en procès ? C’est là tout l’enjeu, relève L’Intelligent à Abidjan, de l’audition de l’ex-patron de la galaxie patriotique qui a comparu hier lundi devant la juge de la chambre préliminaire 1 de la Cour pénale internationale, Silvia Fernández de Gurmendi. Il s’agit du démarrage de l’audience de confirmation des charges, note encore L’Intelligent, qui s’étalera sur quatre jours. A la date de jeudi, fin de cette audience, la chambre devant laquelle comparaît présentement Charles Blé Goudé décidera s’il devra être renvoyé en procès pour être jugé. »

En fait, précise l’APA, l’Agence de presse africaine, à l’issue de l’audience de confirmation des charges, qui dure jusqu’à jeudi, une décision de la chambre décidera, dans un délai de 60 jours, de l’opportunité ou non d'un procès. Mais pour l’accusation, relève l’APA, il ne fait aucun doute que Charles Blé Goudé est « responsable » des charges retenues contre lui.

« Affaire Blé Goudé : l’accusation et la défense dévoilent leurs cartes », s’exclame Le Nouveau Courrier, quotidien d’opposition, proche du FPI. « L’Accusation a trouvé sa pirouette, dénonce le quotidien ivoirien. Ce ne sont pas des ordres ou des instructions que Blé Goudé aurait donnés qui sont en cause, c’est son " comportement ". C’est le fait qu’il ait mis son " charisme " et ses " talents d’orateur " au service de la cause du président Gbagbo. C’est le fait qu’il a prétendument " légitimé " par la parole, " l’usage de la violence ". (…) L’Accusation est clairement dans une stratégie qui consiste à " criminaliser " le moindre des propos de Charles Blé Goudé, affirme encore Le Nouveau Courrier, à interpréter des phrases simples pour leur faire dire ce qu’elles n’ont pas dit. »

Autant de « présupposés », donc, toujours selon Le Nouveau Courrier, que l’avocat principal de Blé Goudé, Nick Kaufman, veut « remettre en cause ».

Démarche pédagogique ?

Toutefois, pointe le siteGuinée Conakry Infos, « pour convaincre de l’innocence de Charles Blé Goudé, ses défenseurs devront certainement batailler fort, car les actes attribués sont particulièrement graves. (…) Ses avocats, bien que ne contestant pas l’effectivité des faits en tant que tels, se bornent cependant à minimiser la responsabilité personnelle et individuelle de leur client, dans ces crimes. Comme s’ils voulaient tout ramener à l’échelon supérieur, ils présentent Charles Blé Goudé comme un maillon d’une chaine. Mais il n’est pas évident de faire prospérer une telle stratégie, estime le site guinéen. Parce que comme l’aura appris Charles Taylor, il n’est surtout pas facile de se sortir des griffes de la justice internationale. »

Alors, juge Guinée Conakry Infos, « d’un certain point de vue, on ne devrait pas trop se plaindre d’une condamnation éventuelle de Charles Blé Goudé. Parce qu’il faudrait bien que les responsables rendent compte. C’est une démarche pédagogique qui peut servir de leçon à bien d’autres responsables du continent africain. Ce qui, par contre, est écœurant dans l’approche de la CPI, estime encore le site guinéen, c’est bien le fait qu’elle ne semble sévir que contre le camp de Gbagbo. » D’ailleurs, note Guinée Conakry Infos, « anticipant ces critiques, la procureure, Fatou Bensouda a, bien entendu, déclaré que les enquêtes se poursuivaient et que, si cela était nécessaire, d’autres mandats d’arrêt seraient émis. »

Sur les traces du père ?

En tout cas, pour le quotidien Le Pays au Burkina, « les possibilités d’aboutir à un non-lieu dans ce dossier sont minces, pour ne pas dire inexistantes. Il serait étonnant que Blé Goudé échappe aux juges, surtout après la confirmation du procès à venir de l’ex-chef de l’Etat, Laurent Gbagbo, son mentor. (…) On se souvient que ce tribun hors pair, doté d’une capacité exceptionnelle à haranguer les foules, a été en première ligne dans les évènements de la crise postélectorale et même bien avant. Les éléments de sa galaxie de patriotes, gonflés à bloc, ont été aux avant-postes des violences. »

Bref, poursuit Le Pays, « tout porte à croire qu’il y aura bel et bien un procès contre Blé Goudé à la CPI. Tout comme il y aura un procès contre Gbagbo. Ainsi, on peut dire que le fils putatif suit les traces de son père spirituel. » Et le quotidien burkinabè de hausser le ton : « Blé Goudé ne devra s’en prendre qu’à lui-même. Ce qui lui arrive est la rançon de sa bêtise et de sa bestialité. Alors que sa grande capacité à manier le verbe le prédisposait à un bel avenir politique, il s’est embourbé dans un soutien aveugle à une cause malsaine. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail