Accéder au contenu principal
Football / Coupe du monde

Le Cameroun veut laver son honneur face aux Pays-Bas

Paul Le Guen remotive ses troupes avant le dernier match face aux Pays-Bas.
Paul Le Guen remotive ses troupes avant le dernier match face aux Pays-Bas. Reuters
Texte par : Christophe Carmarans
4 mn

Première équipe éliminée de la Coupe du monde, le Cameroun a été touché dans son orgueil. Très marqué par l’échec mais peu disert sur ses raisons, Paul Le Guen assume sa responsabilité et attend une réaction pour l’honneur face aux Pays-Bas dans le dernier match du groupe E.

Publicité

de notre envoyé spécial au Cap

Alors que certains font la fête en songeant à la suite, le Cameroun fait la tête en pensant au retour. Avant la rencontre de jeudi 24 juin face aux Pays-Bas qui n’aura d’enjeu que pour les Néerlandais, les mines étaient sombres en conférence de presse, passage obligé auquel le sélectionneur et deux joueurs doivent se soumettre la veille des matchs selon le protocole édicté par la FIFA.

Langue de bois

Mercredi soir, au Green Point Stadium du Cap, c’est Benoît Assou-Ekotto de Tottenham et Vincent Aboubakar du Cotonsport de Garoua qui étaient de corvée aux côtés de Paul Le Guen. Pour dire quoi ? Pas grand-chose car les révélations sont rares lors de ces rendez-vous avec les médias où l’on passe du coq à l’âne et dans plusieurs langues. Dans le cas du Cameroun, le non-dit était assourdissant de la part d’un Le Guen obligé quand même de reconnaître au bout d’un moment qu’il s’y connaissait en matière de langue de bois.

Laconique dans toutes ses réponses, l’ancien entraîneur de Lyon et du PSG a pris sur lui la totalité de l’échec d’une sélection qui compte zéro point en deux matchs avec un but marqué pour trois encaissés. « Un entraîneur doit  assumer d’abord et avant tout. Et être considéré comme responsable » a-t-il reconnu. «  Donc s’il y a des erreurs, c’est moi qui les ai faites et il ne faut pas chercher la responsabilité ailleurs » a-t-il poursuivi.

Les erreurs reprochées à Le Guen portent sur la composition de l’équipe alignée contre le Japon et où ne figuraient pas Alexandre Song, Geremi Njitap et Achille Emana, trois joueurs d’expérience qui étaient de retour cinq jours plus tard face au Danemark. Lors de ce deuxième match, les Lions Indomptables avaient montré plus de mordant que contre le Japon même si cela ne n’est pas avéré payant. A présent, ils ne jouent plus que pour l’honneur. Ce ressort risque de ne pas suffire même si  les Pays-Bas – qui pourraient faire entrer Arjen Robben - n’ont besoin que d’un point pour s’assurer la première place du groupe E.

La meilleure équipe possible

« C’est un match qu’il faut jouer au maximum de nos possibilités, en fonction des joueurs disponibles, a indiqué Le Guen. C'est  un match de Coupe du monde, dans un stade plein, devant des millions de téléspectateurs a-t-il poursuivi. L'enjeu, c'est l'image, le prestige, ce n'est pas rien et on l'a bien à l'esprit ». L’ex-international français a refusé de donner son équipe de départ. Tout juste a-t-il révélé qu'Idriss Kameni, en disgrâce, ainsi qu’Eyong Enoh et Georges Mandjeck, tous deux blessés, n’en feraient pas partie. Un nouveau revers au Cap serait d’autant plus mal ressenti que le Cameroun n’a jamais quitté une Coupe du monde sur trois défaites.
 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.