Football/Mondial des Clubs

Lamine N’Diaye : «Les Brésiliens se voyaient déjà en finale»

L'entraîneur sénégalais du Tout Puissant Mazembe, Lamine N'Diaye.
L'entraîneur sénégalais du Tout Puissant Mazembe, Lamine N'Diaye. Reuters

Lamine N’Diaye, l’entraîneur sénégalais du Tout Puissant Mazembe, était heureux de la qualification historique de son équipe pour la finale de la Coupe du monde des clubs FIFA 2010. Tout le contraire du vaincu en demi-finale, Celso Roth, le coach du club brésilien Inter Porto Alegre. Réactions à la fin du match.

Publicité

 

Lamine N’Diaye, entraîneur du Tout Puissant Mazembe :
« Je suis très content, comme toute l’équipe. Je suis fier des joueurs car ce qu’ils ont réalisé est énorme. On rencontrait un ancien vainqueur de la Coupe du monde des clubs. Tout le monde donnait Porto Alegre vainqueur, mais un match de football, ça ne se gagne pas avec la bouche. Les Brésiliens se pensaient déjà en finale. Ça a motivé mes joueurs même si on a été crispé par l’enjeu durant les premières minutes. Ils sont rentrés avec beaucoup de respect vis-à-vis de l’adversaire puis ont commencé à se lâcher au bout de 20 minutes. Et en deuxième période, ils se sont complètement libérés.

Déo Kanda, attaquant du Tout Puissant Mazembe :
« Le Brésil n’est pas un petit pays de football. Ça n’a pas été facile d’affronter une équipe brésilienne. Mais c’est aussi ça la réalité du football et nous voilà en finale. C’est un rêve qui est devenu réalité. J’ai toujours voulu jouer un jour contre l’Inter Milan. J’espère que les Milanais seront nos adversaires ! »

Pamphile Miyaho, milieu de terrain du Tout Puissant Mazembe :
« Lorsque nous sommes rentrés au vestiaire à la fin de la première mi-temps, nous nous sommes dit que tout était possible. Après le premier but, nous nous sommes libérés et avons pensé que nous allions ‘manger’ notre adversaire ce soir. […] Notre adversaire en finale n’est pas encore connu mais nous sommes désormais dans l’obligation de remporter la Coupe. »

Celso Roth, entraîneur de Porto Alegre :
« Nous nous sommes créé plusieurs occasions de but. Nous semblions meilleurs mais ne pouvions rien faire. Mazembe a très bien défendu et a su concrétiser ses deux occasions. C'est le football. C'est pour cela que nous sommes très déçus. Les supporteurs comptaient sur nous pour remporter ce Mondial, nous aussi. Comme Pachuca (battu 1-0 par Mazembe en quart de finale), nous avons produit un meilleur jeu (que notre adversaire), nous avions les meilleures occasions, mais avons perdu à la fin. Ce sont des choses qui arrivent en football. »

Fabian Bolivar, capitaine de Porto Alegre :
« Je suis très triste. C'est difficile d'exprimer ce que nous ressentons. Nous avons eu des occasions mais Mazembe a pu profiter de nos erreurs et sa rapidité (en contre) a fait la différence. En seconde période, nous avons aussi tenté (de marquer) mais son deuxième but a fini par dérégler totalement notre jeu. »

Tous propos recueillis par Kabulo Mwana Kabulo (sauf Roth et Bolivar)

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail