Football/Togo

Un an après, Hubert Velud n’oublie pas le Togo et Cabinda

L'entraîneur français du Togo, Hubert Velud.
L'entraîneur français du Togo, Hubert Velud. AFP

Samedi 8 janvier 2011, Créteil, club de 3e division, est éliminé par Nice, 1ère division, en 32e de finale de la Coupe de France. Son entraîneur, Hubert Velud, n’ignore pas qu’il s’agit d’une date anniversaire : le vendredi 8 janvier 2010, l’équipe du Togo, dont il était le sélectionneur, était attaquée par des indépendantistes avant la CAN 2010 sur la route menant à Cabinda, en Angola. Le technicien français n’oubliera jamais ce jour dramatique qui a couté la vie à deux membres de son staff.

Publicité

 

Il y a un an, jour pour jour, le bus d’une équipe du Togo que vous entraîniez, était mitraillé par des indépendantistes de Cabinda, en Angola. Avez-vous une pensée pour vos deux ex-collègues togolais tués ce 8 janvier 2010 ?
Evidemment. Il y a un an pile, j’étais quelque part en Afrique, couché dans un bus avec des balles volant au-dessus de ma tête. Aujourd’hui, je suis parmi vous. Je viens de disputer un 32e de finale de Coupe de France contre Nice, avec Créteil. Je suis béni des dieux. Je suis très heureux d’être toujours sur terre. Je me le dis chaque jour et je pense à mes deux frères, Amelete Abalo (entraîneur adjoint) et Stan Ocloo (chargé de communication) [1], qui sont morts à Cabinda. Je pense beaucoup à eux. Avec Créteil, on avait la possibilité de gagner un match très important ce soir, mais l’essentiel c’est qu’on soit tous là et qu’on est fait notre métier comme il faut, avec beaucoup de cœur. C’est le cœur qui compte.

On doit relativiser une élimination en Coupe de France après avoir vécu des événements aussi traumatisants…
Oui. C’est ce que j’ai dit d’ailleurs à mes joueurs : il faut relativiser les choses. Surtout lorsqu’on donne tout comme ce soir. Il n’y a rien à regretter et la vie continue dès ce 12 janvier avec un match contre Bastia, en championnat national (3e division).

Avez-vous parlé de ce triste anniversaire pour émouvoir vos joueurs ?
Légèrement, mais ça, ça reste entre les joueurs et moi…

[1] Le conducteur du bus, un Angolais, était la troisième victime de cette attaque.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI