Accéder au contenu principal
CAN 2012

André Ayew : « on est meilleurs que la Zambie »

André Ayew avant sa demi-finale face à la Zambie lors de la can 2012.
André Ayew avant sa demi-finale face à la Zambie lors de la can 2012. Photo: Romain Lemaresquier/RFI
Texte par : RFI Suivre
4 mn

A un peu plus de 48h de la demi-finale face à la Zambie, la sélection ghanéenne est arrivé à Bata, en Guinée équatoriale. Pour André Ayew, l’une des vedettes des Black Stars, c’est une étape supplémentaire de franchie avant d’atteindre l’objectif final : être à Libreville le 12 février et y remporter la CAN.

Publicité

RFI : André, vous avez quitté Franceville et vous venez d’arriver à Bata, en Guinée équatoriale, pour y disputer une demi-finale, c’est un grand pas de franchi ?
André Ayew :
Cela faisait parti de nos objectifs. C’est chose faite, mais c’est vrai que c’était dur. Maintenant, on est à Bata. On va tout faire pour obtenir la victoire et aller en finale.

RFI : Vous êtes au rendez-vous, mais ça n’a pas été simple hier face à la Tunisie ?
André Ayew :
Nous, on pense à nous. On sait ce qu’on a fait depuis les deux dernières CAN. Aujourd’hui, on est toujours en lice et on progresse, c’est bien. On continue à travailler, on sait ce qu’on veut. On est dans le dernier carré, mais ce qui nous importe c’est d’arriver en finale. Ce qui compte, c’est nous-mêmes. Ce qu’il se passe autour du groupe ne nous intéresse pas trop.

RFI : Le fait d’avoir disputer une prolongation en quart de finale face à la Tunisie,  peut-il peser face à la Zambie ?
André Ayew : Peser, je ne pense pas. C’est plutôt le jour en moins de repos qui peut peser, pas la prolongation qui va changer quelque chose. Vous savez, quand on arrive à ce stade de la compétition, c’est le mental qui joue. Les Zambiens sont fatigués, tout comme nous. Il faudra être plus costauds mentalement et faire les bons choix au bon moment.

RFI : Connaissez-vous un peu cette équipe de Zambie et savez vous comment elle joue?
André Ayew :
On connait bien cette équipe, que beaucoup de personnes ont sous-estimée. Aujourd’hui, ils sont en demi-finale, mais on n’en parle pas assez. C’est une bonne équipe. Je connais très bien Hervé Renard qui a été adjoint avec le Ghana. Cette équipe a le caractère de son entraineur. Elle démontre de bonnes choses. Maintenant, c’est à nous de faire ce qu’on doit faire. Si on fait notre boulot, il n’y aura pas de souci.

RFI : Cela veut dire que le Ghana fera son jeu et ne cherchera pas à s’adapter à l’adversaire?
André Ayew :
Ce n’est pas une question de jeu, mais de faire notre boulot. On est meilleurs que la Zambie, ça tout le monde le sait. Mais dans le football, ce ne sont pas les noms ou le classement FIFA qui fait la différence, c’est le terrain. On est favoris et on le sait. Si on fait notre travail et que tout le monde est à 100%, il n’y aura pas de souci.

RFI : Que vous inspirent vos retrouvailles avec Hervé Renard ?
André Ayew :
Ca fait plaisir. C’est quelqu’un que j’ai beaucoup apprécié et que je continue d’apprécier. Quand je l’ai connu, j’étais très jeune, il m’a beaucoup conseillé et je suis très content de ce qu’il est en train de faire. Je suis heureux qu’il ait conduit la Zambie dans le dernier carré.

Propos recueillis par Eric Chaurin et Romain Lemaresquier

 

Tout sur la Coupe d'Afrique des Nations

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.