Lille / Sénégal

Idrissa Gueye le Diambars qui fait un tabac à Lille

Le Sénégalais Idrissa Gueye (à droite).
Le Sénégalais Idrissa Gueye (à droite). AFP PHOTO / PASCAL POCHARD-CASABIANCA

Idrissa Gueye est titulaire à Lille depuis que Rio Mavuba s'est blessé en janvier dernier. Le milieu de terrain défensif est une des satisfactions du Losc, cette saison, et une fierté pour l’Institut Diambars qui l’a formé au Sénégal. Portrait.

Publicité

Idrissa Gueye devrait être remis d’une élongation pour affronter Valenciennes, ce 9 mars 2013 en Ligue 1, et c’est une bonne nouvelle pour son club, le Losc. Depuis le mois de janvier 2013, le milieu de terrain défensif est le meilleur joueur lillois avec l’attaquant Dimitri Payet.

C’est une bonne surprise pour le Sénégalais de 23 ans qui été propulsé titulaire après la blessure du capitaine Rio Mavuba. Idrissa Gueye s’est en effet imposé comme une sentinelle solide devant la défense nordiste. Il a en outre apporté davantage de justesse à son jeu. « Sur le plan tactique et sur le plan de la communication avec mes coéquipiers, j’ai progressé, explique-t-il. L’enchaînement des matches, ça me permet de gagner de la confiance. Je prends plus de risques, je joue plus vers l’avant. Physiquement, je suis bien en jambes ».

Idrissa Gueye, qui a gagné la confiance de son entraîneur Rudi Garcia, peut-il s’installer durablement dans l’entrejeu ? « On en saura plus quand Rio Mavuba sera de retour, évacue l’intéressé. En ce moment, Rio est blessé et j’occupe donc le poste de milieu de terrain devant la défense. Ça me permet d’avoir du temps de jeu et de me montrer. Je fais mon chemin. »

Le symbole de Diambars

Le Lillois Gueye face au Lyonnais Clément Grenier.
Le Lillois Gueye face au Lyonnais Clément Grenier. REUTERS/Robert Pratta

Du chemin, Idrissa Gueye en a fait depuis ses années de formation à Diambars, un Institut fondé à Saly au Sénégal par Saer Seck, Bernard Lama, Patrick Vieira et Jimmy Adjovi-Boco. Recruté en 2003, le Dakarois a récité ses gammes dans une association qui mise autant sur le football que sur l’éducation et la pédagogie. « Je suis resté très attaché à l’institut, explique aujourd’hui l’ancien pensionnaire. Si j’en suis là aujourd’hui, c’est grâce à eux (les dirigeants de Diambars, Ndlr). Je n’en serais pas là s’ils n’étaient pas allés me chercher. Ils m’ont habillé, donné à boire, à manger, appris à jouer au football, permis de continuer à aller à l’école. Je garde toutes les valeurs reçues là-bas pendant ma formation ».

Lama, Vieira et Adjovi-Boco n’hésitent jamais à citer le demi-défensif en exemple. « Pour moi, c’est le ‘Diambars’. Il est sérieux, appliqué, sait ce qu’il veut », déclarait notamment Adjovi-Boco en octobre dernier sur rfi.fr. Le compliment fait sourire le Lillois : « Je reste en contact avec Jimmy. Je l’appelle souvent. S’il dit que j’incarne Diambars, c'est tant mieux. J’espère ne pas les décevoir. Je compte leur rendre un jour tout ce qu’ils m’ont donné. »

C’est grâce à Diambars et à un tournoi amical disputé en France que le Losc a repéré Idrissa Gueye en 2007. « Avec le centre de formation, on venait disputer des matches amicaux chaque année en France, se rappele-t-il. On avait joué un match contre Lille et les recruteurs nous ont ciblés Pape (Souaré) et moi. Par la suite, on a fait des essais et on a participé au tournoi de Croix. Ça s’est très bien passé et ils nous ont proposés de signer un contrat stagiaire. Puis on a intégré le centre de formation de Lille ».

Objectif Coupe du monde 2014

La suite ? Une progression constante qui mène Idrissa Gueye de l’équipe CFA au groupe pro, avec des matches en Ligue 1, en coupes nationales et en coupes d’Europe, Ligue des champions comprise.

Le milieu de terrain s’impose aussi en équipes de jeunes du Sénégal. Cela lui permet de participer aux Jeux olympiques 2012 à Londres où les Lionceaux atteignent les quarts de finale du tournoi. « Je n’ai que des bons souvenirs aux JO exceptée une blessure en début de compétition, souligne-t-il. Mais c’était une belle expérience car tout joueur rêve de disputer les Jeux olympiques. Tu rencontres des grands joueurs, des athlètes, tu visites un peu la ville… C’est un peu comme la Coupe du monde ».

Coupe du monde de la FIFA: les éliminatoires en Afrique
©® FIFA

La Coupe du monde 2014 avec les Lions de la Téranga, c’est le grand objectif de Gueye. Cette compétition-là, il ne veut surtout pas la suivre à la télévision comme il l’a fait pour la CAN 2013 en Afrique du Sud : « Ça a été très très dur parce qu’on avait l’opportunité de disputer notre première CAN. Mais, malheureusement, on est tombés contre une belle équipe de Côte d’Ivoire (en qualifications) qui nous a éliminés. »

Résolument ambitieux en club et en sélection, Idrissa Gueye souligne : « Je ne dis pas que j’imaginais atteindre ce niveau un jour mais j’en rêvais en tout cas. Et je rêve toujours d’aller plus loin. Pour le moment, je suis sur la bonne voie. » 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail