Football / Maroc

Marouane Chamakh ou la désillusion anglaise

Marouane Chamakh.
Marouane Chamakh. Reuters
6 mn

A 29 ans, Marouane Chamakh est désormais dans l'obligation de relancer sa carrière dès la saison prochaine. Formé aux Girondins de Bordeaux, l'international marocain a quitté la France après son doublé Coupe de la Ligue / Championnat en 2009, pour vivre son rêve en Angleterre du côté d'Arsenal. Une expérience peu concluante.

Publicité

Dans le football, les moments de gloire peuvent vite être oubliés. L’irrésistible ascension de Marouane Chamakh s’écrit désormais au passé. Oubliés les coups de tête de l’international marocain qui a connu la gloire avec les Girondins de Bordeaux et les Lions de l’Atlas.

Désormais, Marouane Chamakh - qui dispose d’un bon de sortie pour cet été - est presque dans l’obligation de se chercher un club en fin de saison. Prêté par Arsenal à West Ham, il ne devrait pas être conservé par les Hammers. Apparu à trois reprises depuis son arrivée cet hiver, l’attaquant marocain est largement ignoré par son nouvel entraîneur, Sam Allardyce. Il est donc retourné sur le banc. A vrai dire, il n’est que le quatrième choix du club après Andy Carroll, Carlton Cole et Ricardo Vaz. Pire, Arsène Wenger, le coach des Gunners, doute désormais de ses qualités pour évoluer et faire face à la concurrence féroce qui se joue en Premier League.

Des débuts prometteurs avec Arsenal

Marouane Chamakh avec le maillot d'Arsenal.
Marouane Chamakh avec le maillot d'Arsenal. REUTERS/John Kolesidis

Pourtant, l’idylle avec Arsenal et le championnat anglais avait bien commencé. « C'est un joueur que nous admirons depuis un certain temps et je sais qu'il va apporter de grandes qualités à l'équipe », avait déclaré Wenger en 2010. Et pour Chamakh, il s'agissait d'« un rêve d'enfant » qui devenait réalité. Mais ce rêve a fini par virer au cauchemar.

Chamakh prend part à son premier match officiel le 15 août 2010 et joue l'intégralité de sa première rencontre face à Liverpool (1-1). Lors de la seconde journée, il inscrit son premier but officiel face à Blackpool (6-0). Mieux, en marquant contre le Shakhtar Donetsk le 20 octobre 2010 en Ligue des champions, il marque son sixième but en six matches consécutifs (trois avec Bordeaux et trois avec Arsenal), ce qui constitue un nouveau record toujours pas égalé dans cette compétition. « Je suis content. J’espère que cela va continuer comme ça », se félicitait le Franco-Marocain.

Van Persie et d'autres sur sa route

Sauf que très rapidement, Chamakh est barré par la concurrence et notamment les 38 matches et 24 buts de Robin Van Persie. En effet, lors de la saison 2011-2012, il joue peu en équipe première et évolue régulièrement avec la réserve des Gunners. Aujourd'hui, Arsenal compte plus sur Olivier Giroud et Theo Walcott. À tel point que les Girondins de Bordeaux qui se languissent de l’enfant du pays espèrent que « Marouane»  reviendra un jour au bercail. Pour le président des Girondins, la porte sera toujours grande ouverte.

Bien qu’annoncé sur le départ durant le mercato hivernal 2011, l’attaquant d’Arsenal s'accrochait en espérant toujours s’imposer. « Je pars avec l’idée de finir la saison à Arsenal. Mais en mai-juin, je verrai les choses différemment. Je ne peux pas rester éternellement dans cette situation. J’ai 27 ans, je suis un compétiteur, j’ai envie de jouer, j’accepte beaucoup de choses ici parce que cela fonctionne. Mais je ne peux pas vivre cette situation éternellement. Je prendrai des décisions ce printemps », avait-il déclaré dans une interview accordée à Sud-Ouest. Un an plus tard, il en est toujours au même point, loin de ce qu’il pouvait espérer lorsqu’il avait quitté la Gironde.

Pas plus de réussite avec le Maroc

Marouane Chamakh avec le maillot des Lions de l'Atlas.
Marouane Chamakh avec le maillot des Lions de l'Atlas. AFP PHOTO/ ABDELHAK SENNA

Côté Maroc, les débuts sont aussi une réussite. Appelé en équipe de France des moins de 19 ans, Chamakh choisit finalement le pays de ses parents. Heureux de cette décision, Badou Zaki, le sélectionneur marocain de l’époque, s’empresse de le convoquer pour jouer contre la Sierra Leone, dans un match comptant pour les éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations (8 juin 2003).

Son plus beau fait d’armes avec les Lions de l'Atlas : une finale contre la Tunisie lors de la CAN 2004 (perdue 2-1). De l’autre côté de la Méditerranée, Chamakh est une icône. Mais, comme en Angleterre, l’histoire se répète et le désamour fait place à la joie des débuts...

Son objectif est de se qualifier pour la Coupe du Monde en Afrique du Sud, compétition qui fuit le Maroc depuis 1998. Un échec. Il ne participera pas non plus à la dernière édition de la CAN.

Si un retour en France permettrait au meilleur joueur africain du championnat français - Prix RFI décerné en 2009 - de se relancer, une chose est sûre : son passage en Angleterre aura certainement un goût amer. Même si Marouane Chamakh aurait toujours la cote en l’Italie, l’homme doit se sentir bien seul au moment de prendre un nouveau virage.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail