Football / France

Trophée des champions: Le PSG s’offre un Bordeaux accrocheur

Les Parisiens fêtent le but de Hervin Ongenda (au centre).
Les Parisiens fêtent le but de Hervin Ongenda (au centre). FP PHOTO / FRANCK FIFE
5 mn

Le Paris Saint-Germain a remporté pour la troisième fois de son histoire le Trophée des champions, ce samedi 3 août 2013 à Libreville au Gabon (2-1). Face à Bordeaux, qui était loin d’être le favori, le PSG a été poussé dans ses retranchements. Les Girondins, qui ont ouvert le score, ont tenu bon jusqu’à dix minutes de la fin. Le Bordelais Henri Saivet a ouvert le score à la 38e minute. Hervin Ongenda (82e) et Alex (90e+5) ont ensuite marqué pour Paris.

Publicité

De notre envoyé spécial à Libreville,

Un stade de l’Amitié enchanté, des cris de joie et des drapeaux gabonais et français qui ornent les tribunes. Libreville et ses habitants recevaient en grande pompe le Trophée des champions français de football entre le Paris Saint-Germain et Bordeaux, ce 3 août 2013. Une première en Afrique Subsaharienne et un nouveau titre pour les Parisiens.

Zlatan Ibrahimovic le plus applaudi

Pour la 18e édition du Trophée des champions, la Ligue de football professionnel avait choisi le Gabon comme destination. Vainqueur en 1995 lors de la première édition de cette compétition, le Paris Saint-Germain avec sa ribambelle de stars avait bien l’intention de lancer sa saison sur les chapeaux de roues. Avec Zlatan Ibrahimovic –attendu comme le messie- et l’Argentin Ezequiel Lavezzi, Paris avait de quoi impressionner des Bordelais diminués par les blessures et les suspensions. Trois défenseurs centraux manquaient à l’appel, ainsi que l’attaquant malien Cheick Diabaté. 

« Contre une attaque comme celle du PSG, il y a de quoi être inquiet », avait lâché la veille Francis Gillot, le coach des Girondins. Mais l’ancien entraîneur de Sochaux n’abdiquait pas pour autant. « Bien sûr, on n’a pas ces joueurs-là, mais si on arrive à vite récupérer le ballon et à le ressortir avec des joueurs rapides devant, on peut les mettre en difficulté. Voilà ce que j’attends de mon équipe. » Et c’est ce qu’ont tenté de faire les joueurs de Bordeaux dans ce match qui sentait la reprise.

Henri Saivet ouvre le score

 
A la 21e minute, Nicolas Maurice-Belay propose un centre dans la surface parisienne. Thiago Silva manque sa relance et Ludovic Obraniak en profite pour frapper du gauche. Le ballon finit dans les bras du gardien parisien Slavatore Sirigu. Deux minutes plus tard, le Gabonais André Biyogo Poko, élu plus tard homme du match, frappe sur le côté gauche. En deuxième période, le milieu de terrain permet presque à Bordeaux de se mettre à l’abri. Poko transperce la défense parisienne, mais le chouchou du public bute sur Sirigu (58e).

 

Les Sénégalais Henri Saivet (à gauche) et Lamine Sané (à droite) fêtent le but de Bordeaux face au Paris Saint-Germain.
Les Sénégalais Henri Saivet (à gauche) et Lamine Sané (à droite) fêtent le but de Bordeaux face au Paris Saint-Germain. AFP PHOTO / FRANCK FIFE

Entre temps, le Franco-Sénégalais Henri Saivet s’est mis à l’ouvrage avec une frappe imprécise, sans danger pour Salvatore Sirigu. Sauf que le joueur formé à Bordeaux n’en reste pas là. C’est lui qui ouvre le score à la 38e minute d’une tête croisée au premier poteau. Bordeaux réussit le pari de marquer contre un Paris Saint-Germain encore à la recherche d’efficacité.

 
Hasard ou ironie de l’histoire, Laurent Blanc avait remporté le dernier Trophée des champions des Bordelais en 2009. Sur le bord de la pelouse, l’ancien sélectionneur des Bleus et le nouveau coach du PSG a dû se sentir un peu seul. Paris n’a pas vraiment convaincu et il a fallu presque 80 minutes pour que la tendance s’inverse.

Zlatan Ibrahimovic se voit tout d'abord refuser un but. Sur un centre de Jallet, le Suédois place une tête croisée et gagnante. Mais le but n’est pas validé. Son partenaire, Alex, était hors-jeu. Finalement, Hervin Ongenda, l'un des espoirs du PSG entré en jeu, égalise juste deux minutes plus tard (82e). Au bout de ce match un peu fébrile, Alex apporte la victoire aux Parisiens avec un bond magistral et un coup de tête imparable : 2-1, 90e+5.

Pour ce premier titre de la saison et ce premier match officiel, les deux équipes ont été reçues à Libreville avec les honneurs. Et même s’il faut toujours un vainqueur, ce soir, on pouvait largement désigner le public gabonais comme le meilleur de la soirée.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail