Accéder au contenu principal
Football

Christian Gourcuff, au nom du jeu

Le Français Christian Gourcuff nouveau sélectionneur de l'Algérie.
Le Français Christian Gourcuff nouveau sélectionneur de l'Algérie. AFP PHOTO / JEAN-SEBASTIEN EVRARD
5 mn

La nomination de Christian Gourcuff à la tête de la sélection nationale d’Algérie a été officialisée le 19 juillet dernier. Il prendra ses fonctions le 1er août prochain. Engagé jusqu’en 2018, son premier objectif sera la qualification pour la Coupe d'Afrique de Nations 2015 au Maroc. A 59 ans, cet ancien professeur de mathématiques commence une nouvelle histoire.

Publicité

«Je ne parle pas beaucoup, ce n’est pas ma nature. La communication ne passe pas seulement par les mots. Une poignée de main, un regard peuvent être plus forts qu’une parole », confiait en 2012 Christian Gourcuff dans les colonnes du quotidien français Libération.

C’est donc un taiseux qui va prendre les rênes de l’équipe d’Algérie. Un challenge considérable pour celui qui a passé une grande partie de sa carrière aux commandes du FC Lorient. Dans un pays où le football alimente pratiquement toutes les conversations et où il faut presque justifier chaque fait et geste, Christian Gourcuff va devoir forcer sa nature… Vahid Halilhodzic, son prédécesseur, en sait quelque chose.

Le FC Lorient lui doit beaucoup

Ancien professeur de mathématiques, comme son frère et son père, Christian Gourcuff a été officiellement nommé le 19 juillet 2014 comme nouveau sélectionneur des Fennecs. Et c’est un peu l’aventure qui va commencer pour le coach. En 2001, après dix années au FC Lorient, il s'engage avec le Stade rennais. Il vit une saison en enfer sous la direction des Pinault, père et fils. L’année suivante, il rebondit au Qatar. À part ces deux parenthèses, Christian Gourcuff n’a pratiquement eu que Lorient comme port d’attache. Le changement est surtout radical.

Christian Gourcuff, qui se dit influencé par le football brésilien des années 70 a été joueur avant de devenir entraîneur. Mais c’est sous la casquette de coach qu’il s’est fait connaître. Il a été désigné trois fois entraîneur de l’année (1985, 1997 et 2005). Sous sa baguette de chef d’orchestre, le FC Lorient accède pour la première fois de son histoire en première division en 1998. Après des années de travail acharné, c’est la récompense pour l’ancien milieu de terrain né à Hanvec dans le Finistère.

L’amour du collectif et le plaisir du jeu

« Prendre du plaisir et en procurer aux spectateurs », tel est la devise de Christian Gourcuff. Le plaisir est un de ses mots préférés, même si sa parole est rare. Et en dehors du plaisir, il y a une chose que Gourcuff met souvent en avant : le collectif. « Dans ma vue peut-être idéaliste, la concurrence est contraire à l’esprit collectif. Pour pouvoir s’imprégner d’un projet, il faut se sentir concerné ; si on double les postes, on ne peut avoir cette osmose nécessaire, il faut que le joueur s’identifie à l’équipe, raconte-t-il dans la biographie que lui consacre Loïc Bervas. Si l’on installe une concurrence forcenée, le remplaçant va souhaiter que l’équipe perde : c’est n’importe quoi dans l’esprit ». Toute la philosophie de Gourcuff tourne autour de l’individu qui ne peut exprimer son potentiel que dans un cadre collectif. Sans oublier la recherche permanente d'émotions que procure le football.

Comme Vahid Halilhodzic, Christian Gourcuff est peu enclin à la flatterie et aux petites manœuvres. Surtout, comme le Bosnien, sa franchise est une marque de fabrique. Si le projet semble séduisant – dans un premier temps, se qualifier et briller à la CAN 2015-, Christian Gourcuff va devoir composer avec une presse sans concession et un peuple qui attend beaucoup de son équipe nationale. Et après le huitième de finale contre l'Allemagne au Brésil lors du Mondial, la barre est désormais placée très haute.

Révélateur de joueurs

Une chose est certaine, les Fennecs vont pouvoir profiter de son expérience en tant que découvreur de talent, voire de révélateur. Avec Lorient, Christian Gourcuff a mis dans la lumière un grand nombre de joueurs. Par exemple, le Camerounais Vincent Aboubakar qui n’a rien prouvé pendant trois saisons avec Valenciennes et qui a enchaîné les bonnes prestations à Lorient la saison dernière en terminant deuxième au classement des buteurs de Ligue 1, avec 16 unités et 6 passes décisives. Kevin Gameiro, Morgan Amalfitano, Bakari Koné, Laurent Koscielny, Alain Traoré ou encore Christophe Jallet ont brillé sous la houlette du père de Yoann Gourcuff. Du beau linge en somme.

Christian Gourcuff est le troisième entraîneur français à diriger la sélection algérienne après Lucien Leduc (1966-1969) et Jean-Michel Cavalli (2006-2007). Il aurait décidé de s’installer en Algérie. Premier grand rendez-vous du nouveau technicien : le 6 septembre pour la confrontation face à l’Éthiopie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.