Accéder au contenu principal
Football

Seydou Keita à la découverte du championnat italien

Seydou Keita avec le maillot de l'AS Rome durant un match amical aux Etats-Unis contre Liverpool, le 23 juillet 2014.
Seydou Keita avec le maillot de l'AS Rome durant un match amical aux Etats-Unis contre Liverpool, le 23 juillet 2014. AFP PHOTO / DOMINICK REUTER
6 mn

L’international malien Seydou Keita a choisi d’évoluer en Italie avec l’AS Rome. En exclusivité pour RFI, le meilleur joueur des Aigles du Mali dit son amour pour le football et sa volonté de toujours évoluer dans le haut niveau malgré une carrière déjà bien aboutie.

Publicité

Décidément, Seydou Keita aime faire des découvertes et n’a pas peur de l’inconnu. Après la Chine il y a deux saisons, l’international malien est désormais dans un nouveau championnat : la Serie A, en Italie. Et pas dans n’importe quel club. L’ancien Barcelonais a choisi l’AS Rome qui a obtenu sa qualification pour la Ligue des champions en terminant deuxième derrière la Juventus Turin après une saison palpitante.

À 34 ans, et après une carrière extraordinaire, le neveu de Salif Keita est toujours prompt à découvrir de nouveaux horizons. « À mon âge, j’ai saisi l’opportunité qui m’était offerte de venir à la Roma qui est un grand club. Tout se passe bien pour le moment et je suis très heureux ». De plus, il a à découvrir une des plus belles villes du monde !

« Je ne m’attendais pas à de telles performances avec Valence l'an dernier »

À Rome, l’ancien joueur de Marseille va découvrir la nouvelle coqueluche de la ville, celui qui a redonné de la fierté aux supporters de la Lupa : l'entraîneur français Rudi Garcia. « Il a fait une très bonne saison avec de la qualité dans le jeu. Et c’est vrai que les gens l’aiment beaucoup. Je ne le connaissais pas avant de venir en Italie. Au moment où j’étais à Lens, lui était à Lille. C’est toujours difficile de parler de son entraîneur alors je ne veux pas trop m’attarder là-dessus. Mais pour moi c’est un très bon coach », concède Seydou Keita. En signant un milieu de terrain expérimenté comme Seydou Keita, Rudi Garcia prépare le retour de l'AS Rome en Ligue des champions.

À Rome, Seydou Keita a retrouvé le Marocain Mehdi Benatia et l’Ivoirien Gervhino qu’il a déjà croisés dans les compétitions africaines. « Il y a beaucoup de respect entre nous. Le contact s’est bien passé ». Finaliste de la Ligue des champions en 1984, l’AS Rome a énormément d’ambitions pour cette nouvelle saison en le recrutant avec, entre autres, Ashley Cole, Urby Emanuelson et l’attaquant argentin Juan Manuel Iturbe, transféré pour 22 millions d’euros.

« En revenant de Chine, je ne m’attendais pas à de telles performances avec Valence la saison dernière », lance Seydou Keita qui était libre de tout contrat. En janvier 2014, il s'est lié pour six mois avec Valence en Espagne, disputant une bonne seconde partie de saison. « Depuis mars dernier, l’AS Roma m’avait fait une offre. Cela prouve vraiment qu’il voulait travailler avec moi. Et c’est à moi désormais de prouver que malgré mon âge, j’ai encore des choses à montrer, avoue-t-il. Ça ne sert à rien de dire que j’ai envie de jouer, c’est évident. Si le coach voit que je mérite d’être sur le terrain, alors il me fera jouer. Si quelqu’un est meilleur que moi, j’accepterai d’être remplaçant. Cela n’a jamais été un souci pour moi. C’est la règle du jeu ». La balle est dans le camp de Seydou Keita qui n’a donc dans la tête que cette nouvelle saison. Sans oublier les Aigles du Mali.

« Je suis très fier d’être encore capable de porter les couleurs du Mali »

« Je ferai toujours le maximum pour l’équipe nationale. Quand on joue dans une grande équipe qui participe à la Ligue des champions, on ne peut pas refuser de venir en sélection pour aider son pays, explique le milieu de terrain. Tant que je serai au haut niveau et tant que je serai capable d’apporter quelque chose à l’équipe, alors je serai toujours là. On peut changer de club, mais on ne peut pas changer de pays. Je suis très fier d’être encore capable de porter les couleurs du Mali ».

En 2002, Seydou Keita était déjà entraîné par Henry Kasperczak avec le Mali. « On se respecte beaucoup et on a tous les deux envie d’apporter notre expérience à l’équipe pour faire mieux que lors de la CAN 2012 et 2013 (deux fois sur la troisième marche du podium, ndlr) », confie le joueur. Mais il va falloir dans un premier temps obtenir la qualification.

« Avec tout ce que j’ai gagné, je n’ai pas de pression. Je joue au football parce que j’aime ça. Je ne me projette pas et on fera le bilan en fin de saison », avoue le joueur formé dans le centre de son oncle. Sera-t-elle la dernière ? « Qui sait ce qui nous attend dans neuf mois », répond-il avec philosophie. En 2009, Seydou Keita avait remporté avec le FC Barcelone un sextuplé inédit dans l'histoire du football : Ligue des champions, championnat d'Espagne, Coupe du Roi, Supercoupe d'Europe, Supercoupe d'Espagne et Coupe du monde des clubs. Il est à l’heure actuelle le footballeur malien le plus titré de son pays. En 1999, au Nigeria, lors du Mondial des moins de 20 ans, il est désigné meilleur joueur de la compétition, devant Ronaldinho et Frank Lampard. C’est vrai, Seydou Keita n’a plus rien à prouver, si ce n’est son amour pour le ballon rond.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.