CAN 2015 / Congo

Claude Le Roy: «On attendait la décision de la CAF avec sérénité»

Le Français Claude Le Roy lors de la CAN 2013.
Le Français Claude Le Roy lors de la CAN 2013. AFP PHOTO/ FRANCISCO LEONG

Claude Le Roy, le sélectionneur du Congo, était satisfait mais pas surpris après le repêchage de son équipe pour la phase de poules des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations 2015. Le Rwanda, disqualifié par la Confédération africaine de foot (CAF), a aligné lors du deuxième tour aller un joueur qui disposait d’une double identité frauduleuse. La Fédération congolaise avait déposé un recours.

Publicité

RFI : Claude Le Roy, quelle est votre réaction suite au repêchage du Congo pour la phase de groupes des éliminatoires de la CAN 2015 ?

Claude Le Roy : On savait que nos réclamations étaient recevables, que le joueur en cause avait deux identités et deux passeports  […]. Il était donc impensable une seule seconde que la CAF ne rejette pas la qualification du Rwanda pour la phase de poules. On attendait la décision avec beaucoup de sérénité.

Pouvez-vous nous rappeler dans quelles circonstances la Fédération congolaise a déposé un recours après le match aller, concernant l’éligibilité du dénommé Birori Dady / Etekiama Agiti Tady, qui aurait usé d'une double identité frauduleuse ?

J’ai été l’entraîneur de la RD Congo avant de devenir celui du Congo-Brazzaville. On connaissait donc le joueur en cause et on avait des informations à son sujet. On savait qu’il affichait une autre identité sous les couleurs de l’AS Vita Club (RDC), alors que les dirigeants de Vita ont toujours respecté les règles. En équipe nationale du Rwanda, il affichait une autre date de naissance et un passeport différent. […]

On a été très courtois dans cette affaire parce qu’on aurait pu porter réclamation à la mi-temps du match aller (à Pointe-Noire). J’avais discuté avec des Rwandais en les prévenant qu’on était surs de notre fait. La plus belle preuve, c’est que le joueur n’a d’ailleurs pas participé au match retour et il n’a plus joué avec le Vita Club. Les dirigeants de Vita Club ne veulent pas subir de sanctions alors qu’ils n’y sont pour rien.

Le Rwanda peut encore déposer un recours auprès de la CAF. Craignez-vous que la Confédération africaine de football revienne sur sa décision ?

Les choses sont tellement claires… Lors de la conférence de presse à Kigali, après notre élimination aux tirs au but, j’avais dit aux journalistes rwandais qu’on allait gagner après réclamation. Il ne pouvait pas y avoir le moindre argument recevable pour contrecarrer notre recours. La Fédération congolaise, avec l’appui du gouvernement, était même prête à payer le voyage de ces « deux joueurs », Dady et Etekiama, pour que leurs identités soient confrontées au siège de la CAF, au Caire. Mais, bien sûr, ce n’était pas possible puisque ces deux joueurs sont en fait une seule et même personne.

A (RE)LIRE : Le calendrier des éliminatoires de la CAN 2015

L’équipe du Congo va débuter la phase de groupes des éliminatoires de la CAN 2015 dans trois semaines, avec un match le 6 septembre face au Nigeria, puis un autre contre le Soudan le 10 septembre. Est-ce que le délai vous paraît suffisant pour bien préparer ces deux rencontres ?

On a fait comme si on était qualifié. J’ai même donné une liste de joueurs présélectionnés. On a maintenu les joueurs en éveil. Du coup, le délai est le même que pour toutes les autres équipes. […] On sait qu’on aura nos joueurs à disposition. Les clubs français, qui ont voulu jouer les malins en ne libérant pas les joueurs (lors du deuxième tour des éliminatoires), n’auront plus leur mot à dire. Il faut quand-même rappeler que j’ai été privé de six joueurs pour le match retour face au Rwanda. C’est avec un léger sourire qu’on va envoyer les convocations. […] Cette fois, on est en position de force.

C’était une grosse erreur de la part de la FIFA (la Fédération internationale, Ndlr) d’annoncer que les matches des éliminatoires de la CAN 2015 n’étaient pas des matches FIFA, alors qu’il s’agit d’une compétition officielle. […]

Que va-t-il se passer concernant le match censé se dérouler au Nigeria, un pays frappé par le virus Ebola ? La CAF n’a pas interdit que des rencontres aient lieu sur le sol nigérian.

Je pense que le match n’aura pas lieu au Nigeria, puisque les autorités nigérianes elles-mêmes ont déclaré l’état d’urgence dans le pays. Je ne pense pas que la CAF ait un avis médical allant à l’encontre de celui du Nigeria. C’est un pays à risque. Donc, il semble évident que le match va être délocalisé.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail