Accéder au contenu principal
Football / CAN 2015

Ebola: les Ivoiriens hésitent à accueillir la Sierra Leone en foot

Un bâtiment de l'Organisation mondiale de la santé à Abidjan.
Un bâtiment de l'Organisation mondiale de la santé à Abidjan. REUTERS/Luc Gnago
4 mn

Les autorités ivoiriennes se disent prêtes à autoriser certaines compétitions internationales sur leur sol, ce 20 août, 24 heures après avoir annoncé qu'elles étaient toutes suspendues pour éviter la propagation d’Ebola. En revanche, la Côte d’Ivoire hésite toujours à organiser le match de football face à la Sierra Leone (pays très touché par le virus), prévu le 6 septembre à Abidjan.

Publicité

« Le gouvernement ne décide pas d’arrêter la pratique du sport en Côte d’Ivoire. Le gouvernement prend des mesures conservatoires pour protéger la population. » Fernand Dedeh, responsable de la communication du ministère des Sports ivoirien, veut relativiser une décision qui fait débat depuis 24 heures. La veille, les autorités ivoiriennes ont annoncé que toutes les compétitions sportives internationales prévues sur leur sol étaient suspendues jusqu’à nouvel ordre. La raison invoquée : éviter une éventuelle propagation du virus Ebola qui a fait plus de 1 200 morts en Afrique de l’Ouest.

Or, aujourd’hui, les autorités ivoiriennes nuancent. « Toutes les fédérations sont frappées de la même mesure, sauf qu’il y aura une approche au cas par cas, précise Fernand Dedeh. Les fédérations concernées […] auront une approche avec le ministère des Sports et celui de la Santé. Si le ministère de la Santé estime qu’il n’y a pas de problème avec le fait d’organiser une compétition en Côte d’Ivoire ou à l’étranger, le ministère des Sports appréciera la situation ».

La Côte d’Ivoire renvoie la balle à la CAF

Pour les autorités ivoiriennes, le principal risque sanitaire concerne en fait le match de football face à l’équipe de Sierra Leone. Cette rencontre, prévue le 6 septembre à Abidjan, compte pour les éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations 2015. « La Sierra Leone est concernée de plain-pied par le virus Ebola. La Fédération ivoirienne de football (FIF) va donc se rapprocher de la Confédération africaine de football (CAF) », explique Fernand Dedeh.

Le gouvernement ivoirien renvoie ainsi la balle vers la CAF. Pourtant, la Confédération africaine de football a annoncé le 12 août que trois pays seulement n’ont pas le droit d’accueillir des matches de football à cause du virus Ebola : la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone. La Côte d’Ivoire ou le Nigeria ne sont pas visés par cette décision. « La FIF va demander à la CAF d’apprécier la situation et elle va lui demander de faire preuve de responsabilité, de faire le choix », insiste pourtant Fernand Dedeh.

Pour l’heure, la Fédération ivoirienne de foot et la CAF n’ont encore rien décidé sur la délocalisation du match Côte d’Ivoire-Sierra Leone dans un pays neutre, ou concernant son annulation.

Les autres événements sportifs épargnés ?

Quid des autres événements sportifs prévus en août et septembre ? Il semble que trois autres matches de football auront bien lieu en Côte d’Ivoire : celui du 23 août entre le Séwé Sport de San Pedro et le club de Nkana (Zambie) en Coupe de la Confédération ; Côte d’Ivoire-Libye, le 31 août, en éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations des moins de 20 ans ; et Côte d’Ivoire-Angola, prévu le 14 septembre, en éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations des moins de 17 ans.

Quant au Tour de la réconciliation, prévu du 6 au 12 septembre, la Fédération de cyclisme a déposé un dossier technique auprès des ministères des Sports et de la Santé. Il vise à convaincre le gouvernement que le Tour ne présente aucun risque de propagation du virus Ebola en Côte d’Ivoire.

Propos recueillis par Emmanuel Koffi à Abidjan,

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.