Accéder au contenu principal
FOOTBALL / CAN 2015

CAN 2015: le Congo, la surprise du chef

Le Congolais Prince Oniangue s'échappe entre les Burkinabè Charles Kaboré (g) et Djakaridja Koné (d).
Le Congolais Prince Oniangue s'échappe entre les Burkinabè Charles Kaboré (g) et Djakaridja Koné (d). AFP PHOTO / KHALED DESOUKI
3 mn

Le Congo-Brazzaville va affronter son voisin, la RDC, samedi 30 janvier à Bata pour une place en demi-finale de la CAN 2015. Claude Le Roy, l'emblématique sélectionneur du Congo, a insufflé son énergie et son expérience à une équipe jeune qui rêve d’aller encore plus loin, après cette affiche qui s'annonce passionnante.

Publicité

De notre envoyé spécial à Bata,

Que ce soit à Brazzaville ou à Kinshasa, les cœurs devraient battre à 10 000 à l’heure et les nerfs seront à vif samedi en fin d’après-midi. Ce derby promet. Les deux capitales, qui se font face, sont séparées par le fleuve Congo de quelques kilomètres seulement...

Claude Le Roy : « Les stars, il n’y a rien de plus dangereux »

Au départ, on ne sait pas trop si beaucoup de monde aurait mis un billet sur le Congo. Après 15 ans d’absence, l'équipe de Claude Le Roy, surnommé « le sorcier blanc », est parvenu à se hisser en tête de son groupe. Après 41 années sans victoire, les Diables rouges sont de retour au premier plan. Claude Le Roy, 66 ans, a encore fait des miracles pour sa huitième Coupe d'Afrique. Pour la septième fois de sa carrière, il emmène une équipe au deuxième tour.

L’entraîneur le plus expérimenté d’Afrique loue la qualité de son équipe à l’envie et au collectif. Pour être honnête, aucun joueur de l'effectif n’est vraiment connu du grand public. En tout cas, le Congo aura fait un brillant parcours sans star. « La star, c’est impropre au football. Les stars, il n’y a rien de plus dangereux », commente Claude Le Roy pour RFI. « Globalement, le niveau de cette CAN est très bon et il y a beaucoup de bons joueurs. N’oubliez pas qu’il y a pas mal de faux grands joueurs dans le football », précise-t-il.

Prince Oniangué: « Tu continues ou tu rentres chez toi »

Prince Oniangué, milieu et joueur du Stade de Reims, abonde dans le sens de son sélectionneur. « Chez nous, il n’y a de star mais un corps. Le corps, c’est le Congo. Nous sommes les bras et les jambes. Rien ne va sans l'un et l'autre. On est tous liés et on a besoin de tout le monde. On est tous pareils chez les Diables rouges ». Seul Delvin Odinga a tutoyé le haut niveau en Ligue des champions avec l’Olympiakos. « Tu continues ou tu rentres chez toi. On a envie de continuer », affirme Oniangué.

En plus de l’atout d’un collectif très soudé et de l’envie, le Congo connaît parfaitement son adversaire. Claude Le Roy a dirigé la sélection de la RDC deux fois (2004-2006 et 2011-2013).

Le Congo a battu le Nigeria, tenant du titre, durant les éliminatoires, puis battu le Gabon avant de s’imposer face au Burkina Faso, vice-champion d’Afrique pendant cette phase finale. « On sait que contre nous, ça va être compliqué. Le Congo-Brazza, c’est 4 millions d’habitants contre environ 70 millions avec les joueurs qui œuvrent dans tous les grands championnats », indique Claude Le Roy. Mais impossible n’est pas Le Roy.

Retrouvez le calendrier des matches, tous les joueurs et les villes où ont lieu les rencontres de la CAN 2015 sur afriquefoot.rfi.fr.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.