Football / Algérie

Mehdi Mostefa: «Avec Gourcuff, je ne fais pas partie des plans»

L'Algérien Mehdi Mostefa.
L'Algérien Mehdi Mostefa. AFP PHOTO / JEAN-SEBASTIEN EVRARD

Mehdi Mostefa vit une saison difficile. Son club le FC Lorient (FCL) est à la peine en Championnat de France. Et le milieu de terrain défensif ne joue plus en équipe nationale d'Algérie depuis la Coupe du monde 2014. Une situation qu’il prend avec philosophie, même s’il ne comprend pas les décisions du sélectionneur Christian Gourcuff, ex-entraîneur du FCL.

Publicité

RFI : Mehdi Mostefa, vous attendiez-vous à ce que la saison du FC Lorient, actuellement 17e du Championnat de France, soit aussi chaotique lorsque vous avez signé dans ce club, cet été ?

Mehdi Mostefa : Je vous avoue que non. J’ai déjà vécu trois saisons un petit peu dur avec l’AC Ajaccio (relégué en deuxième division l'été dernier, Ndlr). En signant à Lorient, je me disais que les choses seraient un peu plus faciles au niveau du classement en Ligue 1. En football, on ne sait jamais comment les choses vont se passer. Mais, en ce qui me concerne, je m’attendais à quelque chose de différent. J’ai eu du mal au début, puis je me suis un peu blessé. Après, le principal, c’est que le FC Lorient s’en sorte cette année.

Etre performant en club est-il important pour jouer en équipe nationale d’Algérie ?

(Il rit) Sous l’ère du précédent sélectionneur, Vahid Halilhodzic, oui, c’était primordial. Lui, voulait absolument qu’on joue beaucoup avec nos clubs. Et peu importe qu’on évolue dans un grand club ou dans un petit club. Son discours, c’était : « Vous avez décidé d’aller dans un grand club, alors il faut assumer. Car moi, je ne prendrai que des joueurs compétitifs. »

Je n’ai pas été appelé en sélection depuis que Gourcuff est en poste. Donc, je ne peux pas vous dire comment il fonctionne. J’ai disputé la Coupe du monde 2014 mais je n’ai pas été rappelé depuis.

Je reste malgré tout attentif aux listes de joueurs sélectionnés, car il y a un autre Algérien à Lorient qui aurait pu être retenu. Trente-sept joueurs ont été convoqués (pour un stage au Qatar, du 23 au 31 mars, Ndlr) et je ne vois pas le nom de mon coéquipier Walid Mesloub. Ça m’a un petit peu surpris. Il est titulaire en Ligue 1, fait de bonnes apparitions.

D’autres ne sont pas toujours titulaires dans leur club et sont appelés. Je pense donc que la politique de Gourcuff est bien différente de celle de Vahid Halilhodzic…

Christian Gourcuff a effectivement dévoilé une liste très large de 37 joueurs présélectionnés pour des matches face au Qatar et à Oman ; une liste dont vous ne faites pas partie. Cela vous inquiète-t-il pour la suite de votre carrière internationale ?

(Il hésite) Je serai toujours au service de la sélection, parce c’est mon pays. J’ai joué pour l’Algérie plus de quatre années. J’ai vécu de grandes aventures avec l’Algérie.

Je joue pour un pays, pas pour un sélectionneur. Mais je sais qu’avec Gourcuff, je ne fais pas trop partie des plans. Ce n’est pas vraiment inquiétant puisque je m’en doutais.

Comme je l’ai répété, je n’ai pas d’amertume parce que j’ai déjà vécu la plus belle chose qu’un footballeur puisse vivre : une belle Coupe du monde, avec un huitième de finale (face à l’Allemagne, futur vainqueur du tournoi, Ndlr). […]

Des médias algériens se demandent si les joueurs de Lorient ne sont pas mis à l’écart parce que Christian Gourcuff a quitté ce club, cet été, en étant fâché avec le président du FCL. Qu’en pensez-vous ?

Je ne sais pas ce qu’il s’est passé à Lorient avant que je signe dans ce club. Ici, tout le monde le respecte pour le travail qu’il a réalisé. Il y a surement eu un problème, puisque ça s’est mal terminé. […]

Qu’il ait un truc contre les joueurs de Lorient, peut-être… (Il souffle) Je ne sais pas. Il faudrait lui poser cette question. Je sais juste que j’ai été le seul joueur ayant disputé la Coupe du monde à ne pas avoir été rappelé en sélection. […] J’ai été le seul joueur écarté après la Coupe du monde. […]

Il faudrait peut-être poser la question à Gourcuff. Je pense qu’il vous répondra que ses choix sont réfléchis. Mais il n’avouera jamais qu’il a un truc contre Lorient et qu’il ne sélectionne pas les joueurs de Lorient parce qu’il a eu des soucis (avec ce club).

Avez-vous parlé avec Christian Gourcuff ?

J’ai parlé avec son adjoint Yazid Mansaouri, en août, lorsque j’ai signé à Lorient. Il m’a appelé et m’a demandé comment je me sentais d’un point de vue physique. Je leur ai dit que j’avais repris l’entraînement comme il le fallait et que je me sentais bien. Cet appel a duré cinq minutes et ça a été la seule discussion.

Avez-vous fait une croix sur l’équipe d’Algérie ?

Comme je l’ai dit, si on fait appel à moi, je répondrai toujours présent. Mais de jeunes joueurs talentueux ont intégré l’équipe d’Algérie. Et puis je vois mes anciens collègues qui commencent à quitter l’équipe nationale, comme Madjid Bougherra. Je sais que Mehdi Lacen se rapproche de la fin. Ce sont des joueurs avec qui j’ai commencé en  sélection, avec lesquels j’ai débuté une aventure.

A un moment donné, il faut savoir tourner la page. J’ai vécu ce que j’avais à vivre avec la sélection algérienne. J’ai connu de très bons moments. Si ma carrière internationale doit s’achever sur ce huitième de finale de Coupe du monde face à l’Allemagne, ce sera un très beau souvenir et la page sera bien tournée.

La fiche de Mehdi Mostefa sur le site du FC Lorient

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail