Football / Canada

Didier Drogba, une dernière danse manquée avec Montréal

L'Ivoirien Didier Drogba sous le maillot de l'Impact de Montréal.
L'Ivoirien Didier Drogba sous le maillot de l'Impact de Montréal. Trevor Ruszkowski-USA TODAY Sports

Malgré une incroyable moitié de saison dans le championnat nord-américain (Major League Soccer), Didier Drogba n’a pas réussi à qualifier son équipe, l’Impact Montréal, pour la finale de la Conférence Est. Battu 3-1 par Columbus ce 8 novembre 2015, l’Ivoirien a néanmoins prouvé qu’à 37 ans, il restait un buteur incroyable.

Publicité

Par Romain Schué

Incrédule, le regard vide et abattu, Didier Drogba semblait perdu sur la pelouse du Crew de Columbus, quelques secondes après le coup de sifflet final de l’arbitre, au bout de 120 minutes poignantes, pleines de suspense, qui envoyait les coéquipiers du Camerounais Tony Tchani et du Sierra-Léonais Kei Kamara, double buteur, en finale de la Conférence Est.

Un peu plus de trois mois après son arrivée, et une semaine après un succès pourtant porteur d’espoir en match aller (2-1 en terres québécoises), l’Ivoirien n’a rien pu faire pour empêcher l’élimination de l’Impact, emportée par la furie locale. Cette ultime défaite, la quatrième seulement pour Drogba en MLS (en 14 matches), vient clore un premier chapitre nord-américain proche de la perfection.

« Une mentalité de champion », son entraîneur Mauro Biello

Le 30 juillet dernier, au lendemain d’une arrivée digne d’une rock-star à l’aéroport international de Montréal, Drogba clamait haut et fort ses ambitions. « Je suis un homme de défi et il y en a un beau devant moi. Je viens ici pour gagner, contrairement à ce que certains pensent », expliquait-il micro à la main devant un millier de supporteurs. Mission donc quasi accomplie avec brio. « C’est un champion est les champions pensent ainsi : ils veulent tout gagner, tout le temps. Cette mentalité se transmet et Didier a réussi à le faire. Tous les joueurs l’ont acquise, il a réussi à emmener le groupe derrière lui », décrit l’entraîneur Mauro Biello, en place depuis la fin de l’été.

Les débuts de l’Ivoirien n’ont pourtant pas été idylliques. Après une défaite dès sa première apparition, le 22 août à domicile face à Philadelphie (0-1), l’ex-buteur de Chelsea, légèrement touché à un orteil, est contraint au repos durant une dizaine de jours. Il assiste, impuissant, à deux nouvelles défaites des Canadiens, synonymes d’éviction pour le coach gréco-américain Frank Klopas, remplacé par son adjoint. Ce sont pourtant les prémices d’une renaissance et d’une fin de saison étincelante.

12 buts en 14 rencontres

Auteur d’un triplé dès sa première titularisation - du jamais vu en MLS - Drogba impressionne. Malgré ses 37 ans et une dernière saison européenne passée principalement sur le banc de touche de Chelsea, le quadruple champion d’Angleterre multiplie les actions d’éclat et les buts : 12 en seulement 14 rencontres (12 titularisations). Des performances qui ont porté l’Impact à la 3e place de la conférence Est en fin de saison – un record pour le club – avant de mener son équipe jusqu’aux demi-finales de cette même conférence.

« Il a changé l’équipe, assure l’international camerounais et défenseur de l’Impact, Ambroise Oyongo. Il a transmis cette rage de vaincre et a su trouver les mots pour nous motiver. Il a transformé l’état d’esprit du vestiaire. On ne fait que grandir à ses côtés, c’est un fantastique exemple, un grand frère. Tant qu’il est debout, qu’il joue au foot, il n’est pas vieux. Il travaille vraiment dur. Malgré son âge, il fait les efforts jusqu’à la dernière minute. Même sur une jambe parfois en fin de match, il nous aide en défense. Il nous motive pour qu’on se surpasse ».

Au sein d’un championnat qui a réussi à attirer de multiples stars ces derniers mois, Kaka (Orlando), Andrea Pirlo, Frank Lampard, David Villa (New York City FC), Steven Gerrard (Los Angeles Galaxy), Didier Drogba détonne. Rapidement décisif, l’Ivoirien, qui bénéficiait également de lucratives propositions en Inde et en Italie, s’est épanouit en MLS. « Mon premier objectif, c’était de gagner quelques matches, puis de qualifier l’équipe pour les play-offs, explique l’intéressé. Je n’ai pas retrouvé mon meilleur niveau. Il ne faut pas oublier que je n’ai pas fait de préparation, à peine sept jours. Je suis arrivé à court de rythme et parfois, même si je m’accroche, je suis à la ramasse. Mais je suis content de mes performances. Surtout, je suis content de mon choix de ville et de club ».

Un retour en Europe pour l’hiver ?

Capable de transformer Montréal, une ville traditionnellement tournée vers le hockey et le baseball, et de mettre en lumière un sport en devenir en Amérique du Nord, Drogba a réussi son pari. Alors que son maillot s’arrache en MLS et que les guichets fermés se sont multipliés dans la mégalopole francophone, l’ancien joueur de Guingamp et de Marseille a apporté une touche de fraîcheur, de talent et d’excitation à un championnat qui perd peu à peu son image de ligue pour préretraités. « Dès sa première minute dans le vestiaire, j’ai compris sa personnalité et son statut de grand leader, décrit le vice-président de l’Impact, Nick de Santis. Il entraîne tout le monde derrière lui. Il a d’énormes qualités sportives, mais également humaines. Pour nous, pour le club, pour la ville, pour la ligue, c’est un grand coup. Le meilleur possible. Didier a placé la MLS dans une nouvelle dimension ».

Sous contrat pendant encore une saison avec Montréal, Drogba n’a pas encore tiré un trait sur un retour en Angleterre ou dans un autre championnat. A l’instar de David Beckham (AC Milan) et Thierry Henry (Arsenal), l’attaquant, qui a réfuté les rumeurs l’envoyant au FC Bologne en Italie, serait tenté de garder la forme en Europe durant la longue intersaison, dictée par des conditions climatiques hivernales difficiles en Amérique du Nord. Avant de ranger les crampons, quelques mois plus tard, avec un ultime trophée ?

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail