Accéder au contenu principal
Football

CAN 2019: les réseaux sociaux se déchirent sur le cas Amr Warda

L'Egyptien Amr Warda.
L'Egyptien Amr Warda. REUTERS/Amr Abdallah Dalsh/File Photo
Texte par : Alexandre Buccianti
4 mn

La Toile égyptienne est déchirée à cause du footballeur Amr Warda, le milieu de terrain des Pharaons dans la Coupe d'Afrique des nations. Accusé de harcèlement sexuel sur les réseaux sociaux par plusieurs jeunes femmes, Warda avait été suspendu par la Fédération égyptienne. Avant qu'elle ne revienne sur sa décision sous la pression d'une partie de ces mêmes réseaux sociaux.

Publicité

De notre correspondant au Caire,

Les internautes estimaient la décision de la Fédération égyptienne injuste, hâtive, voire trop dure.En tête de ces internautes figurait l'attaquant égyptien Mohamed Salah. « Il faut accorder une seconde chance à Warda car l'exclusion n'est pas une solution », a-t-il écrit sur son compte Twitter jeudi 27 juin dernier.

Merhan Keller à l'origine de la polémique

La Fédération égyptienne a donc suivi les désirs de son Pharaon Mo Salah, vainqueur de la Ligue des champions avec son club, Liverpool. L'attaquant égyptien est suivi par plus de 9 millions d'abonnés sur Twitter et c'est lui qui marque ou fait la passe décisive à chaque rencontre.

D’autres internautes, femmes comprises, se sont déchainés contre Merhan Keller, la modèle égypto-britannique par qui le scandale Warda est arrivé. Elle a été traitée d’hétaïre cherchant la célébrité. Elle a été accusée d’être une agente stipendiée des Frères musulmans visant à déstabiliser les Pharaons.

Des incidents à répétition

Sur les réseaux sociaux, la question qui revient le plus est : quel exemple donne-t-on à nos enfants ? Les internautes ne défendent pas spécialement Merhan Keller mais attaquent vivement Amr Warda. Des incidents de harcèlement sexuel lorsqu'il était chez les juniors lui auraient valu l'exclusion de plusieurs équipes.

Les internautes en profitent pour également critiquer le roi Salah, à qui ils demandent de s'excuser en lui rappelant qu'il avait appelé à « mieux traiter les femmes » dans le monde arabo-musulman.

Et comme la politique n’est jamais loin de la planète foot, on trouve des sympathisants Frères musulmans qui s’en prennent à l’équipe des « harceleurs ». Des sympathisants qui n’hésitaient pas à justifier le harcèlement sur la place Tahrir quand des manifestantes s’en prenaient au président Frère musulman Mohamed Morsi.

Et dans un troisième camp, il y a ceux qui attendent le jugement du dieu « Foot Ankh Amon ». Si Amr Warda marque un but, fait une passe décisive ou participe à une victoire en finale des Pharaons, il sera absous de tous ses péchés. Si par contre il joue mal, alors il sera jeté en pâture à Taouret, la déesse à tête de crocodile et corps de lion et son Ka de footballeur perdu à jamais.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.