Accéder au contenu principal
Football

Julien Mette, coach heureux de Djibouti

Julien Mette, coach de Djibouti.
Julien Mette, coach de Djibouti. Photo : Fédération de foot de Djibouti
3 min

Djibouti a décroché sa qualification pour la phase de groupes du Mondial 2022 en faisant match nul face à l’Eswatini lors de la rencontre retour. A l’aller, les Requins de la Mer rouge l’avaient emporté 2-1. Un énorme exploit pour le jeune sélectionneur français Julien Mette.

Publicité

C’est l’histoire d’une équipe qui n’a jamais réussi à se qualifier pour la phase de groupes d’un Mondial ou d’une CAN. C’est l’histoire d’une équipe habituée à prendre des 5-0 ! C’est l’histoire d’une équipe qui en avait marre d’être ridicule. Et pour se faire, elle a fait confiance au jeune Julien Mette. Lui n’avait qu’une idée en tête, ne pas décevoir son nouveau président et ne pas prendre une nouvelle claque face à l’Eswatini lors du tour préliminaire du Mondial 2022. Cela faisait deux ans et demi que la sélection n’avait plus gagné un match (2-0 face au Soudan du Sud en qualifications pour la CAN 2019, défaite 6-0 au retour).

Le tout jeune technicien, 37 ans, savait exactement où il mettait les pieds. En quelques mois, Julien Mette a remis sur pieds une sélection qui n’avait plus disputé le moindre match depuis deux années.

Il débute avec 45 joueurs

Arrivé fin janvier 2019 à Djibouti, Julien Mette, qui s’occupe aussi des U17, a tout d’abord fait de l’observation dans le championnat national. « En mars, j’ai débuté avec 45 joueurs pour pouvoir brasser large et ensuite nous avons commencé les entraînements », raconte le coach à RFI.

Il poursuit : « J’ai utilisé ma méthode et j’avais confiance en moi. Je savais comment orienter mon travail, même si j’ai constaté que certains lors des mises au vert n’étaient pas mentalement à la hauteur. Avant, il y avait une mentalité de looser avec de mauvaises habitudes. Si Djibouti est un petit pays de football, les grosses défaites s’expliquent par la mentalité de certains que je n’ai pas gardés. Personne n’est indispensable. J’ai renouvelé 80% de l’effectif. J’ai puisé chez les U23 pour cette équipe. C’est plus facile d’avoir de l’ambition quand on est jeune. »

« J’ai donné des bases tactiques »

Les joueurs se sont mis au travail. Le technicien a doublé les entraînements, fait regarder des vidéos, et n'a privilégié aucun joueur. « Personne ne savait s’il allait être titulaire ou remplaçant. J’ai donné des bases tactiques. À Djibouti, il n’y a pas de centre de formation ni d’académie. Les joueurs évoluaient à l’instinct sans les bases tactiques et mentales », argumente-t-il.

Avant la double confrontation face à l’Eswatini, Julien Mette avait dirigé trois rencontres. D’abord une double confrontation contre l’Éthiopie en qualification pour le CHAN 2020, perdue de justesse (0-1, 4-3), avant un amical remporté contre la Somalie (1-0). Et puis, les Requins de la Mer rouge ont savouré leur premier succès en match officiel depuis deux ans face à l’Eswatini.

Julien Mette, joueur de niveau régional, avait rejoint Libourne-Saint-Seurin, qui était en Ligue 2, pour s’occuper des moins de 15 ans notamment. Par la suite, il était allé, entre autres, vivre une expérience au Congo. Le voilà désormais prêt à relever le défi avec Djibouti pour la phase de groupe du Mondial 2022.

Propos de Julien Mette recueillis par Christophe Jousset

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.