Témoignage

Coronavirus: Fouad Bachirou, international comorien non confiné en Suède

Fouad Bachirou lors d'une rencontre en Ligue Europa face au Besiktas, le 13 décembre 2018.
Fouad Bachirou lors d'une rencontre en Ligue Europa face au Besiktas, le 13 décembre 2018. OZAN KOSE / AFP

International comorien, Fouad Bachirou, milieu de terrain du Malmö FF, n’a pas vécu de confinement comme la plupart des joueurs en Europe. Pour RFI, Il témoigne de la situation particulière de la Suède par rapport au reste du continent.

Publicité

« Je n’ose pas imaginer ce que vous êtes en train de vivre », s’émeut par téléphone Fouad Bachirou, depuis son domicile en Suède. L’international comorien qui évolue au Malmö FF n’a pas vécu la pandémie de coronavirus comme la plupart des joueurs de foot en Europe, contraints d’être confinés à domicile.  

Étonné de ne pas être confiné

En Suède, les mesures pour lutter contre le virus sont plus souples qu'ailleurs sur le « Vieux continent ». Parmi les règles les plus strictes figure l'interdiction des rassemblements de plus de 50 personnes. Seuls les universités et les lycées ont fermé leurs portes. Les autorités suédoises en ont appelé à la « responsabilité » des concitoyens.

Le natif de Valence dans la Drôme, formé au Paris Saint-Germain, est arrivé en Suède en 2014 (Östersunds FK) après une premier contrat en Écosse au Greenock Morton FC. Fouad Bachirou voulait vivre des « expériences footballistiques » à l’étranger.

« C’est très bizarre. Moi qui ai des amis un peu partout, on voit pratiquement le monde entier confiné et pas nous. Ici, je m’attendais à la même chose et finalement non. Tout est ouvert. On donne juste des consignes, mais on n’interdit rien », explique le milieu de terrain. « Il y a eu une forme de peur la première semaine et ensuite le beau temps est arrivé et les gens sont sortis », précise-t-il.

Plus de vestiaire, plus de salle de musculation

Côté foot, Fouad Bachirou a continué à s’entraîner comme d’habitude avec son club. « On ne peut plus se retrouver dans le vestiaire, on doit directement aller sur le terrain, rapporte Fouad Bachirou. On a ensuite un plateau repas et on doit se doucher à la maison. On ne peut pas utiliser la salle de musculation mais quand on se retrouve sur la pelouse, on pratique les exercices habituels avec du contact. C’est spécial, tout n’a pas de sens. »

En Suède, le championnat qui devait débuter le 2 avril a été ajourné pour éviter les rassemblements. « Nous allons commencer le 14 juin, précise Fouad Bachirou. La saison sera plus serrée et se terminera avant Noël comme d’habitude. Les rencontres seront plus rapprochées. » Les premiers matches devraient se disputer à huis clos.

« On va jouer environ tous les trois jours, ça va être dur pour tout le monde. Les clubs qui n’ont pas un gros effectif vont souffrir. Nous, nous sommes plus armés », détaille Fouad Bachirou. Malmö, ancien club de Zlatan Ibrahimovic, a l’habitude de jouer la Ligue Europa. Fouad Bachirou a durant sa carrière en Suède affronté notamment Chelsea, Galatasaray, Parme ou encore le Hertha Berlin.

Une baisse de salaire par solidarité

Comme dans les autres championnats européens, certains clubs suédois sont désormais en difficulté financière. A Malmö, meilleur club de suède, une partie des salariés est au chômage partiel. « Nous avons accepté une baisse de salaire de 7,5 % sur deux mois après s’être concertés entre joueurs. Le club n’avait rien demandé et on s’est demandé ce que l’on pouvait faire pour être solidaire », témoigne Fouad Bachirou.

Encore sous contrat jusqu’à 2022, Fouad Bachirou se sent toujours bien en Suède même s’il n’y fera pas toute sa vie. « C’est un pays ouvert, j’y ai appris beaucoup de chose et le foot est un sport populaire », expose celui qui est impatient de retrouver les 25 000 supporters habituels qui viennent soutenir les Di blåe (« les bleus ») lors des rencontres à domicile.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Suivez toute l'actualité internationale en téléchargeant l'application RFI