Accéder au contenu principal
Entretien

Sunday Oliseh: «Le Nigeria n’a plus eu de joueur du calibre d’Osimhen, depuis Yekini»

Le Nigérian Sunday Oliseh.
Le Nigérian Sunday Oliseh. David Kalfa / RFI
4 mn

Sunday Oliseh est un ancien milieu de terrain emblématique de la grande équipe nationale du Nigeria des années 1990. Il a aussi été le sélectionneur en 2015-2016 des « Super Eagles ». À l’époque, Victor Osimhen lui avait déjà tapé dans l’œil. Aujourd’hui, pour RFI, l’ex-pensionnaire de l’Ajax Amsterdam, de la Juventus Turin et du Borussia Dortmund dit tout le bien qu’il pense du Prix Marc-Vivien Foé 2020.

Publicité

RFI : Sunday Oliseh, Victor Osimhen est le lauréat du Prix Marc-Vivien Foé 2020 qui récompense le meilleur joueur africain du Championnat de France. Etes-vous surpris qu'il devance au classement des joueurs plus expérimentés comme l'Algérien Islam Slimani (2e), le Marocain Yunis Abdelhamid (3e) ou le Sénégalais Mbaye Niang (5e) ?

Sunday Oliseh : Tout d’abord, je voudrais féliciter Victor Osimhen d’avoir été élu lauréat du Prix Marc-Vivien Foé. Ce trophée est important puisqu’il récompense le meilleur joueur africain du Championnat de France. Il est important pour nous autres, les Africains.

Je trouve sa victoire encore plus surprenante lorsqu’on voit les concurrents que Victor a dû surpasser pour gagner ce titre. Beaucoup de monde va se demander s’il le mérite, s’il est plus fort que ces joueurs-là. Mais ce que Victor a monté cette saison, c’est vraiment exceptionnel. Grâce à lui, son équipe a réussi à faire une saison magnifique.

Je trouve que Victor le mérite franchement parce qu’il a beaucoup apporté à son club. On voyait vraiment la différence lorsque Victor était sur le terrain et lorsqu’il n’y était pas. On voit les possibilités qu’il offre à ses coéquipiers d’aller vers l’avant. On voit aussi le poids qu’il fait peser sur les défenses adverses.

Au palmarès du Prix Marc-Vivien Foé, il succède à des joueurs comme Gervinho, Pierre-Emerick Aubameyang, Vincent Enyeama ou André Ayew. Victor Osimhen est-il un joueur du même calibre qu'eux ?

Beaucoup de personnes se posent la question. Je trouve que Victor a même des qualités que ces joueurs n’ont pas. Il est jeune et je suis presque certain qu’il va quitter le Championnat français, dans un avenir proche. Parce que, partout en Europe, ils ont parlé de lui. Son ex-club en Allemagne [Wolfsburg, où Osimhen n’a pas réussi à s’imposer, Ndlr] doit être en train de râler parce qu’ils se sont rendu compte qu’ils avaient perdus un joueur de qualités. Victor est un joueur de l’avenir. Il mérite amplement cette consécration.

Il a été meilleur buteur de la Coupe du monde des moins de 17 ans remportée par le Nigeria lorsque vous étiez l’entraîneur des « Super Eagles » en 2015-2016. Vous avait-il tapé dans l’œil, à l'époque ?

Lorsque j’étais sélectionneur, je tentais de rassembler une nouvelle équipe. En fait, les bases de l’équipe nationale actuelle sont constituées de joueurs que j’ai mis ensemble. Pour moi, c’était important d’avoir des jeunes d’avenir et qui avaient faim de matches en équipe nationale.

Victor Osimhen jouait à ce moment-là la Coupe du monde U17. J’avais regardé les rencontres avec mes adjoints, dont la finale remportée par le Nigeria. Il l’avait fait avec tellement de facilité, la façon dont il éliminait ses adversaires.

On avait programmé de l’inviter en équipe nationale. Mais j’ai quitté la sélection. Sinon, je l’aurais invité. Parce que, depuis que Rashidi Yekini a quitté la sélection, on n’a plus eu de joueur du calibre de Victor Osimhen. Mon plan était de l’intégrer tout doucement chez les « Super Eagles », de lui donner quelques minutes, avant de le lancer à 100% comme avec on a pu le faire avec Wilfred Ndidi ou Alex Iwobi à l’époque.

Peut-il être l'avant-centre de top niveau qui a parfois manqué au Nigeria pour être au sommet ?

Aujourd’hui encore, l’équipe du Nigeria est forte. On a de très bons joueurs. Mais il nous manque quelques joueurs clés, notamment dans l’animation offensive. Je pense que, après ce que Victor a fait cette année, sa présence va être quelque chose de magnifique pour l’équipe nationale. Je suis optimiste. Je pense qu’il va régler les problèmes qu’on a, au niveau de la finition, de la pénétration, du mouvement. Il va permettre aux milieux de terrain de jouer directement vers l’avant.

Un dernier mot à adresser à Victor Osimhen ?

Franchement, félicitations Victor ! Tu le mérites. Mais je te conseille mon petit frère de toujours rester humble et ambitieux à la fois. Reste professionnel et bonne chance. Encore bravo, petit frère !

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.