Accéder au contenu principal

Stephen Tataw, capitaine des Lions indomptables de 1990, est décédé

Stephen Tataw, au centre entre François Omam Biyick et Roger Milla, le 1er juillet 1990 après l'élimination du Cameroun face à l'Angleterre en quarts de finale de la Coupe du monde en Italie.
Stephen Tataw, au centre entre François Omam Biyick et Roger Milla, le 1er juillet 1990 après l'élimination du Cameroun face à l'Angleterre en quarts de finale de la Coupe du monde en Italie. Georges Gobert/AFP
5 mn

La Fédération camerounaise de football a annoncé, vendredi 31 juillet, la mort de Stephen Tataw, à l'âge de 57 ans, d'une maladie. L'ancien défenseur fut le capitaine des Lions indomptables qui s'étaient hissés en quarts de finale de la Coupe du monde 1990. D'illustres internationaux camerounais lui rendent hommage.

Publicité

Le football camerounais est en deuil. Après Louis M'Fédé en juin 2013 et Benjamin Massing en décembre 2017, un troisième héros de la Coupe du monde 1990 s'est éteint. La Fédération camerounaise de football (Fecafoot) a fait part du décès de Stephen Tataw, survenu vendredi 31 juillet. L'ancien joueur est mort « des suites d'une maladie », indique la Fecafoot. Il était âgé de 57 ans.

Un emblème du Cameroun quart-de-finaliste du Mondial 1990

Passé par le Tonnerre de Yaoundé, où il a côtoyé Roger Milla et George Weah, ainsi que par l'Olympique Mvolyé, Stephen Tataw a fait partie de l'équipe du Cameroun qui a remporté la deuxième des cinq Coupes d'Afrique des nations de son histoire, en 1988 au Maroc, sous les ordres de Claude Le Roy. Le latéral droit fut également retenu dans le groupe pour la Coupe du monde 1990.

En Italie, Stephen Tataw était même le capitaine de la sélection dirigée par Valeri Nepomniachi. Pour la première fois de l'histoire, une sélection africaine se hissa jusqu'en quarts de finale d'une Coupe du monde. Au milieu des années 1990, le défenseur joua deux saisons dans le championnat japonais avant de raccrocher les crampons. Il occupait récemment encore le poste de superviseur général des sélections nationales pour la Fecafoot. Sa dernière apparition publique remontait à février 2020, quand il participa au tirage au sort du CHAN 2020 avec Salomon Olembé.

Song rend hommage au « vrai capitaine », Eto'o pleure un « père »

Après l'annonce de la mort de Stephen Tataw, le président de la Fecafoot, Seidou Mbombo Njoya, a salué la mémoire d' « un grand sportif et un meneur d'hommes remarquable ». Rigobert Song, recorman de sélections avec les Lions indomptables (137 capes), a lui écrit de longues lignes pour évoquer son histoire avec lui :

« J'avais une relation personnelle avec lui. Je me sens très redevable envers lui. Il était un capitaine emblématique. J'ai eu l'opportunité de le rencontrer pendant la Coupe du monde 1994, alors que j'étais jeune (18 ans, ndlr). J'étais avec les seniors qui ont joué avec lui en 1990 (au Tonnerre de Yaoundé, ndlr). Il a grandement touché ma vie. Il était modeste et très présent sur le terrain, et quand je suis devenu capitaine, je crois que j'ai eu le même état d'esprit. Il donnait une raison aux spectateurs de vouloir regarder des matches. Il était réservé mais très efficace. C'est une perte majeure. Quand il m'appelait capitaine, je lui répondais que c'était lui, le vrai capitaine. L'Homme propose et Dieu dispose. Qu'il repose en paix. »

Samuel Eto'o a aussi signé un message plein d'émotion et de reconnaissance envers Stephen Tataw, un homme qu'il admire comme un père : « Je suis fier d'avoir fait un bout de chemin avec toi. Bon repos papas. Bon repos capitaine. Un vrai capitaine. Ton fils. »

Voir cette publication sur Instagram

Quelle année pleine d’épreuves! Tu nous as pris l’une des plus belles personnes que je connaisse, un père. Je retiens de toi ceci: Hôtel Hilton - juillet 2014, alors que j’avais réussi à ressembler des idoles, des aînés, Les Lions, pour discuter de l’avenir du football camerounais, tu m’as dit en pleurant: ´Fiston, Merci. J’ai longtemps pensé que nous devions faire ça, nous tes parents, et voilà que c’est toi, notre fils, qui a réussi à nous unir.’ J’ai les yeux pleins de larmes. Mais je voudrais te dire que ceux qui trahiront ce groupe sont là (je les ai vu faire des postes en annonçant ton deuil)😭😭😭😭. Je te dis Merci et je profite pour dire Merci à un autre lion Maboang Kessack qui avait tenu le même discours. Je suis fier d’avoir fait un bout de chemin avec toi. Bon repos papa, Bon repos capitaine. Un vrai capitaine. Ton fils. ~ What a year! You have taken one of the most beautiful people I know, a father. This is what I remember from you: Hilton Hotel - July 2014, when I had managed to bring together idols, elders, The Lions, to talk about the future of Cameroon’s football, you told me crying: ´Son, thank you. I had been thinking for a while that we should do this as parents, and it is you, our son, who has managed to bring us together.’ My eyes are full of tears. But I would like to tell you that those who will betray that group are here (I have seen them post announcing that you were gone) 😭😭😭😭. I thank you and I seize the opportunity to thank another Lion Maboang Kessack who had said the same thing. I’m proud to have walked some of the way with you. Rest In Peace papa, Rest In Peace captain. A true captain. Your son, adrénaline 💉💉💉💉

Une publication partagée par Samuel Eto'o (@setoo9) le

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.