CHAN 2020: les supporters camerounais heureux de retrouver le foot et leurs Indomptables

Les supporters camerounais impatients de retrouver leurs Lions indomptables.
Les supporters camerounais impatients de retrouver leurs Lions indomptables. © Pierre René-Worns/RFI
4 mn

Le coup d’envoi du CHAN 2020 a ravi de nombreux supporters des Lions indomptables qui ont tenu à être présents malgré le risque sanitaire et l’imposant protocole anti-Covid19.

Publicité

De notre envoyé spécial au Cameroun,

Ils attendaient ça depuis plus d’un an ! Depuis le 13 novembre 2019 et le match Cameroun-Cap Vert  (0-0) comptant pour les éliminatoires de la CAN 2021. C’était avant l’épidémie du coronavirus et avant que les matches ne se jouent à huis clos. Les inconditionnels des Lions indomptables étaient donc heureux ce samedi 16 janvier de retrouver leurs joueurs, et leur stade. Ce n’était pas l’équipe A, et cela s’est déroulé dans des conditions particulières, mais le plaisir de renouer avec l’ambiance au stade l’emportait sur tout. « Le football est religion au Cameroun, vous pouvez comprendre que rester un an sans aller au stade et voir les joueurs, c’est frustrant », estime John, un des rares supporters à avoir pu trouver un billet.

Eric, lui est resté aux abords du stade Ahmadou-Ahidjo de Yaoundé. À une heure du coup d’envoi, il espérait encore trouver le fameux sésame pour voir les Indomptables. « J’ai l’argent, mais je ne peux trouver un billet nulle part. Même pas au marché noir », rigole-t-il. À cause de l’épidémie du Covid-19, la CAF a décidé de limiter les places à 25 % de la capacité du stade. Seuls 10 000 sièges, sur les 40 000 que compte le stade Ahidjo pouvaient être occupés.

Des supporters camerounais font la queue pour entrer dans le stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé. Le 16 janvier 2021.
Des supporters camerounais font la queue pour entrer dans le stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé. Le 16 janvier 2021. © Pierre René-Worns/RFI

La peur du coronavirus n’a pas freiné les ardeurs des fans camerounais. Le protocole sanitaire mis en place à l’entrée du stade non plus. Port du masque obligatoire, distance entre les sièges, distribution de gel hydro alcoolique, prise de température, les organisateurs ont mis le paquet pour limiter les risques. Un dispositif qui rassure Laure Ngo. « On prend plus de risque dans la rue car le masque n’est pas obligatoire, au stade, je pense qu’on est même plus en sécurité », dit-elle.

« Dieu veille sur le Cameroun »

Ce match d’ouverture du CHAN, Serge survêtement aux couleurs des Lions, accompagné de sa « seule fiancée disponible », ne voulait le rater sous aucun prétexte. « La dernière fois que le Cameroun a organisé un événement de cette envergure, je n’étais pas né. Alors, pour moi c’était impossible de manquer ça. Covid ou pas, je serai venu. C’est symbolique que le premier tournoi de football international avec spectateurs ait lieu chez nous et puis, Dieu veille sur le Cameroun. »

Les dieux du foot ont en tout cas choisi les Indomptables qui ont bien démarré leur tournoi en s’imposant face au Zimbabwe (1-0). Le spectacle a été rarement au rendez-vous sur la pelouse, mais l’essentiel était ailleurs pour les supporters. « On a gagné et c’est bien même si l’équipe a souffert, analyse Alain, excité par l’euphorie de la victoire. C’est dommage car s’il n’y avait pas le Covid, le stade serait plein, et les joueurs auraient mieux joué ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail