Algérie: Amara Charaf-Eddine, nouveau président de la Fédération

Amara Charaf-Eddine, nouveau président de la Fédération algérienne de football.
Amara Charaf-Eddine, nouveau président de la Fédération algérienne de football. © FAF

Seul candidat en lice, Amara Charaf-Eddine a été élu président de la Fédération algérienne de football (FAF) dans la soirée du 15 avril 2021. Le président du CR Belouizdad a reçu 85% des votes à bulletin secret. Il succède ainsi à Kheireddine Zetchi qui ne s’est pas représenté après son premier mandat.

Publicité

Amara Charaf-Eddine, 57 ans, est le PDG de l’entreprise publique Madar, qui fabrique et commercialise du tabac et aussi le président du CR Belouizdad, actuellement quart de finaliste de la Ligue des champions africaine.

Mettre en conformité les statuts de la FAF selon les standards de la Fifa

Amara Charaf-Eddine, ne répondait pas aux critères pour briguer le poste de président puisque les statuts actuels demandent 5 ans d'exercice dans le football, il n'en a que trois. « Ma candidature a été acceptée par la commission de l’Assemblée générale alors que moi-même je sais que je ne suis pas éligible. Je n’ai pas d’autres commentaires à faire sur ça », avait-il dit la veille de son élection.

Avant de s'installer dans le fauteuil de président, Amara Charaf-Eddine avait insisté sur la mise en conformité des statuts de la FAF selon les standards de la Fifa, chose qu'il annonce désormais comme « la priorité des priorités ». « Notre priorité est de faire concorder nos lois à celles de la Fifa et d’améliorer la concurrence. Nous devons aussi clarifier la situation des sociétés sportives et associations amatrices », a-t-il déclaré. Amara Charaf-Eddine a aussi affirmé vouloir défaire la réforme du système de compétition mise en place l’an passé par le président sortant de la FAF, Kheireddine Zetchi, qui a terminé son mandat en conflit avec le ministère des Sports.

 « Je suis venu rassembler la famille footballistique algérienne. Je suis venu pour servir le football national et propulser la balle ronde algérienne dans le concert des grandes nations du football mondial », a notamment annoncé Amara Charaf-Eddine spécifiant avant l’élection qu’il n’était pas « le candidat de l’État ». 

Revoir le système de compétition

Dans son programme, Amara Charaf-Eddine a opté pour la mise en place de la VAR (assistance vidéo à l’arbitrage). « Nous allons aussi revoir l’arbitrage. Il faut faire le nécessaire à ce niveau pour que les arbitres soient toujours à la hauteur. » Il a ajouté : « Nous allons revoir le système de compétition. Il y a des choses à améliorer et nous allons étudier les meilleures options pour avoir un meilleur niveau de compétition. » En ce qui concerne la formation, il a émis le souhait de multiplier les centres créés par la FAF.

Le nouveau président de la FAF a précisé qu’il n’avait encore eu l’occasion de s’entretenir avec le sélectionneur national Djamel Belmadi qui avait été nommé en 2018 par Kheireddine Zetchi. 

« J’ai apprécié chez M. Zetchi le fait qu’il ait tenu ses engagements qui nous ont permis de gagner une CAN. Il a le même mérite que les joueurs et le staff sur la progression de cette équipe. Une page se tourne pour la présidence de la FAF, une chose sur lequel on n’a pas grand-chose à dire. Il y a un fonctionnement et des élections qui auront une vraie importance sur les échéances futures. J’espère être sur la même longueur d’onde avec le prochain président de la Fédération », avait déclaré Djamel Belmadi à l’issue de la dernière journée des éliminatoires de la CAN 2021 en mars dernier.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail