BILAN DES 8ES DE FINALE

Huitièmes de finale de la CAN 2022: le Nigeria à terre, des novices séduisants, un drame à Olembé…

Avec un numéro 3 dans le dos bricolé au sparadrap, Chaker Alhadur, habituel défenseur, a joué au poste de gardien de buts avec les Comores contre le Cameroun, le 24 janvier 2022.
Avec un numéro 3 dans le dos bricolé au sparadrap, Chaker Alhadur, habituel défenseur, a joué au poste de gardien de buts avec les Comores contre le Cameroun, le 24 janvier 2022. © Pierre RENÉ-WORMS/RFI

Les huitièmes de finale de cette CAN 2022 ont été marqués par la bousculade meurtrière survenue devant le stade d’Olembé avant Cameroun-Comores. Côté foot, le Nigeria est tombé, à la surprise générale, face à la Tunisie. Si les courageux Comoriens ont perdu face au Cameroun, la Gambie a elle sorti la Guinée. Tour d’horizon des principaux faits de ce tour.

Publicité

De notre envoyé spécial à Yaoundé,

La CAN endeuillée

Cela restera malheureusement comme un événement majeur de cette CAN 2022. Avant le match Cameroun-Comores, une bousculade s’est produite à l’entrée sud du stade d’Olembé, à environ une heure du coup d’envoi. Des centaines de spectateurs se sont accumulés devant des grilles fermées, puis un mouvement de foule a eu lieu lorsqu’elles ont été ouvertes. Huit personnes sont mortes, et on dénombre une quarantaine de blessés. Patrice Motsepe, le président de la Confédération africaine de football, a demandé un rapport d’enquête. Il n’y aura pas de match, en quarts de finale, dans ce stade.

Les Comores sortent la tête haute

Sans gardien de métier, vite réduits à dix contre onze, les Coelacanthes ont déposé les armes non sans combattre face aux Lions indomptables. L’équipe des Comores a été courageuse sur le terrain et n’a perdu que 2-1, terminant sa CAN sur un fort joli but de Youssouf M’Changama. Leurs compatriotes, les observateurs et même leurs adversaires ont loué la prestation des Comoriens. Pour leur première apparition dans cette compétition, les joueurs d’Amir Abdou ont gagné le respect.

Les Comoriens Younn Zahary (n°4) et Said Bakari (n°22), quelques instants après leur courte défaite face au Cameroun, le 24 janvier 2022.
Les Comoriens Younn Zahary (n°4) et Said Bakari (n°22), quelques instants après leur courte défaite face au Cameroun, le 24 janvier 2022. © Pierre RENÉ-WORMS/RFI

Le Nigeria tombe de haut contre une Tunisie surprenante

Après un premier tour parfait, le Nigeria apparaissait comme le prétendant le plus sérieux à la victoire finale. En face, il y avait la Tunisie, décevante sur ses trois premiers matches. Une affiche déséquilibrée à première vue, donc. Mais, contre toute attente, les Aigles de Carthage ont piégé les Super Eagles grâce à Youssef Msakni. Un camouflet cinglant pour le Nigeria, troisième en 2019 et qui s’était, à chacune de ses phases finales, toujours hissé au moins jusqu’en quarts de finale depuis 1984.

Le Sénégal ne convainc toujours pas

Les plus optimistes diront que le Sénégal a battu le Cap-Vert en marquant deux buts (2-0), soit le double de son total du premier tour. Dans le contenu, par contre, les hommes d’Aliou Cissé restent toujours aussi poussifs. Ils n’ont pris l’avantage contre les Requins bleus que lorsque ces derniers se sont retrouvés réduits à neuf après les expulsions du milieu de terrain Patrick Andrade et du gardien Vozinha. Pour un prétendant au titre, le Sénégal présente encore un visage très hésitant.

L’exploit du novice gambien 

Certes, il y a eu cette polémique autour de l’hôtel des Gambiens qui a assombri le tableau. Mais sur le terrain, les Scorpions n’ont pas fait dans l’hésitation. Pour sa première CAN, la Gambie se retrouve en quarts de finale après avoir éteint la Guinée sur un but de Musa Barrow. Après Madagascar en 2019, un autre néophyte s’invite parmi les huit meilleures équipes d’Afrique.

Les Gambiens, qui participent à leur première CAN, sont qualifiés pour les quarts de finale de cette édition 2022.
Les Gambiens, qui participent à leur première CAN, sont qualifiés pour les quarts de finale de cette édition 2022. AP - Sunday Alamba

Le Gabon, la Côte d’Ivoire et le Mali malheureux aux tirs au but

Trois des huit matches de ce tour ont trouvé leur conclusion aux tirs au but. Il n’y a qu’entre le Burkina Faso et le Gabon qu’il y a eu des buts (1-1). Les Étalons ont eu le dernier mot ensuite dans la séance face à la cage (7 tab à 6). Entre la Côte d’Ivoire et l’Égypte, seul Éric Baily a échoué, entraînant l’élimination des Éléphants (0-0, 5 tab à 4). Et au terme d’un triste match, la Guinée équatoriale a battu le Mali (0-0, 6 tab à 5).

Badra Ali Sangaré, le gardien de la Côte d'Ivoire, grimace : les Éléphants ont perdu aux tirs au but face à l'Égypte, mercredi 26 janvier.
Badra Ali Sangaré, le gardien de la Côte d'Ivoire, grimace : les Éléphants ont perdu aux tirs au but face à l'Égypte, mercredi 26 janvier. © Pierre RENÉ-WORMS/RFI

Une pluie de cartons rouges

Treize cartons rouges ont été distribués dans cette CAN 2022 : c’est plus que sur les quatre précédentes éditions réunies. Les arbitres auraient-ils décidé de faire preuve d’une sévérité rigide durant ces huitièmes de finale ? Sept joueurs ont été expulsés sur cet unique tour, avec le Cap-Vert en tête des équipes les plus indisciplinées (deux joueurs expulsés face au Sénégal).

Aboubakar marque toujours

Les matches défilent et les buts de Vincent Aboubakar avec. L’attaquant camerounais marque au moins un but à chaque sortie des Lions indomptables. Auteur du second but des siens contre les Comores, il compte déjà 6 réalisations dans cette CAN. C’est autant que le Nigérian Odion Ighalo sur toute la compétition en 2019. Il faut remonter à la CAN 1998 pour retrouver traces de buteurs plus prolifiques : l’Égyptien Hossam Hassan (champion d’Afrique) et le Sud-Africain Benedict McCarthy (finaliste) avaient chacun inscrit 7 buts. Vincent Aboubakar va peut-être les rattraper, voire les dépasser, lors du quart de finale contre la Gambie.

Gare aux coups francs de Hakimi

On le connaissait pour sa pointe de vitesse, ses poumons de marathonien et sa capacité à se projeter dans les actions offensives. Dans cette CAN, on découvre une nouvelle corde à l'arc d'Achraf Hakimi : ses coups francs. Après en avoir déjà marqué un fort joli au premier tour contre le Gabon, le Marocain a récidivé contre le Malawi. Son but a envoyé les Lions de l'Atlas en quarts de finale. L'Égypte est prévenue.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail