Accéder au contenu principal
Madagascar

Les Malgaches en fête pour le cinquantenaire de leur indépendance

La fête nationale malgache aux couleurs du drapeau. Le Rouge pour  la souverainté, le Blanc symbole de la pureté et le Vert pour l'agriculture et la biodiversité.
La fête nationale malgache aux couleurs du drapeau. Le Rouge pour la souverainté, le Blanc symbole de la pureté et le Vert pour l'agriculture et la biodiversité. tvmada.com
Texte par : RFI Suivre
5 mn

Madagascar fête ce samedi 26 juin le 50e anniversaire de son indépendance alors que le pays connaît une crise politique. Le régime de transition d’Andry Rajoelina, non reconnu par l’opposition, est aussi condamné par la communauté internationale. Ce samedi 26 juin 2010, avant la réception au palais présidentiel, la journée commence par le traditionnel défilé militaire. Une cérémonie boycottée par l’opposition et une bonne partie du corps diplomatique. L’ambassadeur de France, lui, sera présent au nom des liens historiques entre les deux pays, disant répondre à l’invitation de l’armée malgache et non du régime en place.

Publicité

Le show a démarré avec des explosions aux couleurs du drapeau malgache, rouge, vert et blanc. Pendant près d’une heure, jets d’eau, lasers et feux d’artifice ont égayé le public qui s’était massé par milliers autour du lac Anoush. Arrivée tôt avec ses deux fils pour avoir une bonne place, Annick veut oublier un peu la politique « La fête, c’est pour tous les Malgaches. On oublie au moins pour cette journée, parce qu’on en a marre de la crise ».

L’opposition boude les festivités, se désolant du contexte. Une impasse politique qui lui gâche le moment. Mais la majorité a visiblement choisi de faire une trêve. Alfred a profité toute la semaine des concerts gratuits et s’est régalé avec le feu d’artifice du 25 juin « Malgré les difficultés que tout le monde a actuellement, on n'en attendait pas moins de n’importe quel gouvernement, quel qu’il soit. Il fallait que cette soirée soit grandiose. Et ce n’est pas une félicitation à un quelconque gouvernement. C’est une félicitation à tous les Malgaches ».

Lalaina est étudiant en géographie. Lui aussi est venu s’amuser et ne boude pas son plaisir. Pourtant, ces spectaculaires festivités sont aussi, à ses yeux, une opération séduction du régime d’Andry Rajoelina : « Le pouvoir dépense trop d’argent et le peuple le sait. Mais le peuple veut aussi d’autres choses pour se divertir... ».

La crise politique reprendra donc ses droits une fois la fête finie. Mais en attendant, les Malgaches comptent bien profiter de leur week-end. Après tout, on n’a pas cinquante ans tous les jours.

L’ambassadeur français, seul présent à ces festivités

L'ambassadeur français va t-il faire cavalier seul pour les festivités du cinquantenaire de l'indépendance malgache ? Les chancelleries n'ont pas réussi à adopter de positon commune sur la conduite à tenir pour les cérémonies officielles. Jean-Marie Châtaigner risque donc d'être un peu isolé dans la tribune. Ses collègues de l'Union européenne devraient briller par leur absence. L'UE a voté tout récemment des sanctions à l'encontre du régime Rajoelina en raison du non-respect des accords signés, sensés mettre fin a la crise malgache.

Restent les subtilités politico-diplomatiques pour justifier le choix français. L'ambassadeur assistera bien au défilé militaire parce que ce sont les forces armées malgaches qui l'ont invité. Difficile de refuser puisque les militaires malgaches seront eux-même invités à défiler le 14 juillet prochain à Paris.

Mais L'honneur sera sauf puisque l'ambassadeur français boycottera la garden-party organisée par Andry Rajoelina. La présence française, explique-t-on, est un hommage rendu à la nation malgache. La France, ajoute-t-on, a donné suffisamment de gages de clarté. Andry Rajoelina n'a pas été invité au sommet France-Afrique de Cannes et ne sera pas non plus convié à la fête nationale française du 14 juillet.

RFI

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.