Justice internationale

Procès Charles Taylor : des stars à la barre

Mia Farrow (g) assure qu'en 1997, à l'issue d'une réception organisée par Nelson Mandela (c) en Afrique du Sud, Charles Taylor aurait offert un gros diamant brut à Naomi Campbell (d).
Mia Farrow (g) assure qu'en 1997, à l'issue d'une réception organisée par Nelson Mandela (c) en Afrique du Sud, Charles Taylor aurait offert un gros diamant brut à Naomi Campbell (d). AFP

Peut-être bientôt un défilé de stars au procès de Charles Taylor, l'ex-président du Libéria jugé depuis 3 ans à La Haye devant la Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL). Les juges viennent d'autoriser l'accusation à appeler trois nouveaux témoins à la barre : le mannequin Naomi Campbell, son ex-agent, et l'actrice Mia Farrow. L'ancien chef de guerre et chef d'Etat est poursuivi pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité parce qu'il aurait dirigé en sous-main les rebelles sierra-léonais du RUF en leur fournissant armes et munitions en échange de diamants.

Publicité

C'est une autorisation exceptionnelle. Voilà un an que l'accusation a fini d'appeler ses témoins, c'est la défense de Charles Taylor qui fait défiler les siens. Mais le procureur a donc réussi à convaincre les juges de l'intérêt de l'histoire que lui a raconté Mia Farrow entre temps.

L'actrice américaine assure qu'en 1997, à l'issue d'une réception organisée par Nelson Mandela en Afrique du Sud à laquelle tous participaient, Charles Taylor aurait offert un gros diamant brut à Naomi Campbell.

Pour le procureur, c'est la preuve que l'ex-président libérien ment quand il dit qu'il n'a jamais eu de diamants bruts en sa possession et il avance même que Charles Taylor s'en serait servi en Afrique du Sud pour acheter des armes à destination du RUF.

Mia Farrow a promis de venir à la barre. De même que l'ex-agent de Naomi Campbell, présente à ce dîner. Si Naomi Campbell s'y rend, en revanche, ce sera à reculons.

La top model a nié les faits. Elle a expliqué qu'elle ne voulait pas être impliquée dans ce procès. « Cet homme a fait des choses terribles, je ne veux pas mettre ma famille en danger », disait-elle le mois dernier. Et signe de son malaise, elle a même renversé une caméra de la chaîne ABC qui lui demandait si elle accepterait de coopérer avec la Cour.

Le Procureur attend maintenant de savoir si les juges l'autorisent à contraindre Naomi Campbell à venir à La Haye.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail