Ouganda / Guinée / Somalie / Union africaine

L’Ouganda et la Guinée disposés à envoyer des soldats supplémentaires en Somalie

Des policiers ougandais patrouillent à Kampala qui s'apprête à accueillir le Sommet de l'Union africaine, ce 23 juillet 2010.
Des policiers ougandais patrouillent à Kampala qui s'apprête à accueillir le Sommet de l'Union africaine, ce 23 juillet 2010. AFP/Trevor Snapp

La lutte contre les islamistes shebabs en Somalie est la question incontournable du sommet de l’Union africaine qui se tient ce week-end à Kampala. L’Ouganda est disposé à renforcer les effectifs qui luttent contre les shebabs lesquels ont revendiqué le double attentat-suicide de Kampala qui a provoqué plus de 70 morts le 11 juillet 2010 à Kampala.

Publicité

L'Union africaine est plus déterminée que jamais à lutter contre les shebabs de Somalie.

Eriya Kategaya

« Allons-nous nous asseoir et attendre qu’ils nous attaquent à nouveau ? ». Cette formule du vice-Premier ministre ougandais Eriya Kategaya résume l’état d’esprit de Kampala. L’Ouganda, qui fournit les deux tiers de la force africaine en Somalie, souhaite obtenir de l’Union africaine un nouveau mandat et surtout de nouvelles règles d’engagement. Passer d’un mandat de maintien de la paix à un mandat d’imposition de la paix.

Imposer la paix c’est faire parler la poudre, lancer l’offensive contre les shebabs. Les Ougandais sont même prêts à envoyer des renforts en Somalie. La situation à Mogadiscio va donc dominer ce sommet. C’est le souhait des responsables de l’Union africaine qui attendent que des mesures audacieuses soient adoptées pour combattre les shebabs.

Il y a deux « lignes rouges », souligne-t-on au sein de l’Union africaine. Il est hors de question que les shebabs prennent le pouvoir à Mogadiscio. Il est hors de question de négocier avec eux.

L’option militaire est donc privilégiée, des renforts sont attendus. Selon Jean Ping, le président de la Commission de l’Union africaine, la Guinée-Conakry serait prête à envoyer un bataillon. L’Igad (l’Autorité intergouvernementale pour le développement qui réunit six pays est-africains), les pays de la Corne de l’Afrique également. La force africaine pourrait aussi recevoir des hélicoptères de combat.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail