Somalie

Les shebabs accusent l'ONU de distribuer des céréales avariées

Des hommes déchargent des sacs de céréales fournis par le Programme alimentaire mondial, le 5 décembre 2007.
Des hommes déchargent des sacs de céréales fournis par le Programme alimentaire mondial, le 5 décembre 2007. AFP / JOSE CENDON

Les rebelles islamistes Shebab ont annoncé, le 20 août 2010, avoir brûlé près de 500 sacs de céréales donnés à la Somalie par le Programme alimentaire mondial (PAM). Ils affirment que les aliments étaient avariés. L'organisation onusienne a fermement démenti. 

Publicité

Le Programme alimentaire mondial (PAM) est confronté, en Somalie, à des accusations récurrentes. L'organisation onusienne, qui coordonne les efforts de la communauté internationale pour éviter une crise alimentaire en Somalie, est d'abord confrontée aux pirates. Depuis près de trois ans, ces navires sont escortés militairement jusqu'à la Somalie. Le PAM est aussi confronté aux shebabs, avec lesquels les relations sont exécrables. Pour la sécurité de son personnel, l'organisation a dû suspendre, au début de l'année 2010, la distribution de nourriture dans le sud du pays. Il y a quelques mois, l'organisation était épinglée par une enquête interne de l'ONU. Les auditeurs avaient estimé que les partenaires locaux de l'organisation avaient détourné une partie de l'aide alimentaire à leur profit. 

Record mondial de la malnutrition infantile

Aujourd'hui, les shebabs, liés à al-Qaïda, accusent le PAM d'avoir distribué des sacs de blé, de millet et de maïs avariés. « Nous les avons confisqués sur les marchés », a affirmé un responsable de la milice. Porte-parole du PAM, Peter Smerdon dément. « Les shebabs disent que les vivres étaient périmés, mais le PAM n'autorise pas la distribution de nourriture périmée en Somalie. Donc ce n'est pas le PAM qui allait distribuer ces vivres. On ne sait pas d'où cela venait, nous enquêtons, mais c'est difficile, vu que les shebabs disent avoir brûlé ces sacs de céréales. » Le PAM affirme fournir de l'aide alimentaire à 2 millions de Somaliens, y compris, par l'intermédiaire de partenaires, dans les zones où ses opérations sont suspendues.
Selon l'agence onusienne, la Somalie détient le triste record mondial du plus fort taux de malnutrition sévère chez les enfants : un enfant sur six en souffre.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail