Rwanda / ONU

Ban Ki-moon s’efforce d’apaiser Kigali après la fuite d’un rapport accablant

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon et le président rwandais Paul Kagame, à Kigali.
Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon et le président rwandais Paul Kagame, à Kigali. AFP/Stringer

C'était une visite impromptue, et une visite éclair. Ban Ki-moon aura eu moins de 24 heures au Rwanda pour tenter de calmer la colère rwandaise au sujet de ce pré-rapport de l'ONU dénonçant des crimes de l'armée rwandaise dans l'est de la République démocratique du Congo. Un rapport qui, dans sa version provisoire, accuse l'armée rwandaise d'avoir commis de possibles crimes de génocide dans l'est de la RDC dans les années 1990. Le secrétaire général de l'ONU a rencontré le président Kagame à Kigali à la mi-journée ce mercredi 8 septembre.

Publicité

Jusqu'à l'aéroport, Ban Ki-moon aura exhorté le Rwanda à ne pas retirer ses 3 500 soldats de la paix du Soudan. Kigali menace en effet de le faire à cause du pré-rapport de l'ONU dénonçant les crimes de l'armée rwandaise dans l'est de la République démocratique du Congo. Le document estime que des crimes de génocide pourraient avoir été commis dans les années 1990.

Le secrétaire général de l'ONU s'en est entretenu avec Paul Kagame à la mi-journée ce mercredi 8 septembre, et il a tenté d'apaiser le président rwandais. A la sortie, pas un mot sur le document... Ban Ki-moon dit simplement regretter qu'il y ait eu des fuites. En revanche, il vante le travail « exemplaire » que les soldats de la paix rwandais font aujourd'hui au Soudan, selon lui. Des forces bien équipées, hautement disciplinées et respectées. Il parle de l'importance de leur contribution à quelques mois d'un référendum crucial au Soudan.

Côté rwandais, c'est la ministre des Affaires étrangères qui a pris la parole. « Mon gouvernement demande quelque chose de très simple : que nos soucis, notre révolte à propos du projet de rapport soient entendus », a-t-elle dit.

C'est l'utilisation du terme « génocide » qui a notamment déclenché la colère de Kigali. Figurera-t-il dans la version définitive ? Verdict à la publication, le 1er octobre. En attendant, Ban Ki-moon entend poursuivre le dialogue avec Paul Kagame ce mois-ci à New York en marge d'un sommet des Nations unies.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail