SAHARA OCCIDENTA/ Maroc / Algérie/ Onu

Conflit du Sahara occidental : l’ONU tente de relancer le dialogue

L'émissaire spécial du secrétaire général de l'ONU, Christopher Ross.
L'émissaire spécial du secrétaire général de l'ONU, Christopher Ross. (Photo : AFP)

L’émissaire des Nations unies pour le Sahara occidental, Christopher Ross, poursuit son 4e périple au Maghreb. Reçu le 17 octobre 2010 à Alger par le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, il est aujourd’hui attendu à Rabat, au Maroc. Après six mois de silence, cette tournée doit servir à préparer les prochaines discussions informelles qui se tiendront en novembre mais elle doit servir surtout à tenter de convaincre le Maroc et les indépendantistes sahraouis de faire des compromis.

Publicité

En juin dernier, pour la première fois, Christopher Ross avait haussé le ton. Dans une lettre confidentielle, finalement divulguée sur internet, l’émissaire de l’ONU pour le Sahara occidental dénonçait l’entêtement des deux parties, le refus notamment des membres du Front Polisario, mais aussi et surtout des Marocains, de s’intéresser à la proposition de l’autre ou même de se parler.

« Dans ce cadre, avait conclu l’émissaire, entamer de nouvelles négociations entacherait la crédibilité de l’ONU ». Quatre mois plus tard, qu’est-ce qui a changé ? Il se trouve que le chef des Nations unies, Ban Ki-moon lui-même, était pour la première fois au Maroc ce week-end, l’occasion sans doute de reparler de ce dossier bloqué depuis plus de trente ans.

Cela aura-t-il suffi à changer la donne ? Difficile à dire. Jusqu’à présent, les Marocains refusent tout, en dehors de leur proposition d’autonomie relative pour le Sahara occidental. Le Front Polisario de son côté refuse d’abandonner l’idée d’un référendum. Pour sortir de l’impasse, il faut donc une nouvelle proposition. Aux dires de certains diplomates, c’est à cela que travaillerait l’émissaire onusien actuellement.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail