Côte d’Ivoire/Présidentielle

Alassane Ouattara reçoit le soutien de chefs coutumiers à Yamousoukro

Allassane Ouattara (d) adoubé par les chefs coutumiers à Yamoussouko, le 15 novembre 2010.
Allassane Ouattara (d) adoubé par les chefs coutumiers à Yamoussouko, le 15 novembre 2010. AFP/SIA KAMBOU

Alassane Ouattara a tenu un meeting ce lundi après-midi à Yamoussoukro en compagnie des chefs de l’opposition réunie au sein du RHDP, le Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix, dont l’ancien président Henri Konan Bédié. Après s’être recueilli dans la matinée sur la tombe de Félix Houphouët Boigny, le candidat de l’opposition a reçu le soutien des chefs coutumiers de la région.

Publicité

En cette Journée de la paix, fériée en Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara et les trois autres chefs de l’opposition étaient ensemble à Yamoussoukro, la capitale, pour recueillir symboliquement la bénédiction de l’homme de paix qu’était l’enfant du pays, Félix Houphouët-Boigny. L’occasion pour l’ancien président Henri Konan Bédié de présenter Alassane Ouattara aux chefs coutumiers de la région pour qu’ils acceptent sa candidature.  

Notre dossier spécial : les défis de Ouattara

Les chefs traditionnels ont alors baptisé l’ancien Premier ministre d’Houphouët-Boigny d’un nouveau nom. Le candidat de l’opposition s’appelle désormais Allah N’Guessan. Dans l’après-midi, sur la place Jean-Paul II, devant quelques milliers de militants et sympathisants, Allah N’Guessan, alias Alassane Ouattara, a répété qu’il ramènerait à son ainé Henri Konan Bédié la victoire « qui lui a été volée » lors du premier tour.

Evoquant le conflit qui les a opposés par le passé, Alassane Ouattara a parlé de pardon et de réconciliation. « La famille s’est reconstruite », a-t-il lancé, avant de promettre que, s’il est élu, il s’installerait à Yamoussoukro.

Le rival de Laurent Gbagbo a enfin demandé à ce dernier de ne pas s’accrocher au pouvoir après le second tour le 28 novembre. Car, a conclu, Alassane Ouattara, Laurent Gbagbo doit comprendre qu’il ne peut pas gagner cette élection. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail