Madagascar

Les autorités militaires malgaches privilégient le dialogue avec les mutins

Des soldats en patrouille dans les rues de Madagascar.
Des soldats en patrouille dans les rues de Madagascar. Siphiwe Sibeko / Reuters

A la base militaire de Bani, près de l’aéroport d’Antananarivo où sont retranchés les mutins depuis le 17 novembre 2010, les discussions se poursuivent. Avec l’arrivée des forces de l’ordre et l’évacuation des familles vivant sur la base, l’assaut a un temps semblé imminent. Mais les discussions, pour le moment, prennent le pas sur toute autre forme d’intervention.

Publicité

C’est un appel au calme que lance à présent l’armée malgache après trois jours de mutinerie. Un appel destiné à la population, mais pas seulement comme l’explique le colonel-lieutenant Philibert, qui dirige le service de communication et d’information au sein de l’armée :

« C’est un appel d’abord au peuple malgache ainsi qu’aux militaires dans leur totalité à rester calme. La situation est très délicate, car il ne faut pas minimiser ces quelques officiers. L’utilisation de la force n’est pas une solution pour résoudre ce problème qui prévaut actuellement. Donc, on essaye toujours de négocier pour que ces militaires reviennent sur leurs idées, et se livrent aux autorités compétentes ».

Des négociations pour tenter de trouver une solution aux dissensions au sein de l’armée. Certaines unités affirmaient le 19 novembre que s’il y avait assaut, elles s’interposeraient.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail