Accéder au contenu principal
Justice/Allemagne/Rwanda

L'Allemagne prête à juger pour crimes les chefs rebelles rwandais hutus

Le chef de la rébellion hutu rwandaise des FDLR Ignace Murwanashyaka, ici à Rome en 2005.
Le chef de la rébellion hutu rwandaise des FDLR Ignace Murwanashyaka, ici à Rome en 2005. AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La justice allemande a annoncé ce vendredi 17 décembre 2010, vouloir juger pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité, les chefs rebelles rwandais hutus du FDLR, arrêtés fin 2009, alors que le procès pour génocide d'un autre Rwandais doit s'ouvrir en janvier. Il s'agit de meurtres, de viols, du pillage et de l'incendie de nombreux villages, du recrutement de force d'enfants soldats et de l'utilisation de civils comme « boucliers » contre des attaques. Le procès, dont la date reste à fixer, est prévu à Stuttgart.

Publicité

Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

Des meurtres, des viols, des pillages, des villages incendiés, le recrutement d’enfants soldats. La liste des exactions coordonnées depuis l’Allemagne par les deux responsables du Front de libération du Rwanda contre des centaines de civils explique sans grande surprise la décision du parquet fédéral de Karlsruhe

Le chef du mouvement rebelle rwandais hutu Ignace Murwanashyaka et son adjoint Straton Musoni incarcérés depuis plus d’un an en Allemagne sont désormais accusés de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité et vont être jugés pour ces faits. Il s’agit de la première procédure de ce genre en Allemagne.

Mais elle a pris du temps. Les agissements d’Ignace Murwanashyaka et de son adjoint étaient connus depuis longtemps. L’enquête du parquet fédéral initiée dès 2006 a mis plus de trois ans pour déboucher sur une arrestation des deux hommes.

Un haut magistrat rwandais avait fait le déplacement en Allemagne pour livrer de nombreuses preuves à ses homologues. Il aura encore fallu plusieurs mois pour que les deux hommes soient finalement arrêtés à l’automne 2009.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.