Accéder au contenu principal
Tunisie

Tunisie : de l'indépendance à la chute de Ben Ali

Dans les rues de Tunis, après le départ de Ben Ali, le 14 janvier 2011
Dans les rues de Tunis, après le départ de Ben Ali, le 14 janvier 2011 REUTERS/Stringer
Texte par : RFI Suivre
4 mn

L'immolation, le 17 décembre, d'un jeune marchand de rue à Sidi Bouzid, a allumé le feu de la révolte. Il protestait contre la saisie de sa marchandise par la police. Mohammed Bouazizi incarne la détresse des jeunes chômeurs et l'humiliation vécue au quotidien par les Tunisiens. Et c'est au bout de quatre semaines de protestation que les troubles sociaux seront venus à bout du président Zine el-Abidine Ben Ali.

Publicité

►De Bourguiba à Ben Ali
►Les années Ben Ali
►La chute de Ben Ali
 

De Bourguiba à Ben Ali

  • 20 mars 1956 : Indépendance de la Tunisie, ancien protectorat français. Habib Bourguiba est nommé Premier ministre.

  • 1957 : Proclamation de la République. Bourguiba est élu président.

  • 1961 : Crise diplomatique entre la Tunisie et la France. Des combats entre civils et militaires français font un millier de morts.
     
  • 1963 : La France évacue la base militaire de Bizerte.
     
  • 1975 : Habib Bourguiba est élu président à vie par l’Assemblée nationale.
     
  • 1987 : Bourguiba est déposé par le Premier ministre Zine el-Abidine Ben Ali qui devient chef de l'Etat.

Les années Ben Ali

  • 1988 : Le mandat présidentiel est fixé à 5 ans, l’exercice du pouvoir est limité à trois mandats successifs.
     
  • 1989 : Candidat unique, Ben Ali est élu président de la République au suffrage universel. Il sera réélu en 1994 et 1999.
     
  • 1995 : Signature d’un accord d’association et de libre-échange avec l’Union européenne.
     
  • 2002 : Une réforme constitutionnelle approuvée par référendum supprime la limite du nombre de mandats présidentiels.
     
  • 2004 : Réélection de Ben Ali avec 94,48% des voix.
     
  • 2005 : Sommet mondial de la société de l’information à Tunis, sous l’égide de l’ONU, à l’occasion duquel huit opposants font la grève de la faim pour la défense des libertés publiques et la libération des prisonniers d’opinion.
     
  • 2006 : 1 600 prisonniers, dont des dizaines d’islamistes, sont graciés par le président Ben Ali.
     
  • 2008 : Mesures économiques et financières pour la région minière de Gafsa, après des émeutes contre le chômage et la corruption sévèrement réprimées.
     
  • 2009 : Ben Ali est réélu pour un cinquième mandat avec 89,62% des voix.

La chute de Ben Ali

  • 19-20 décembre 2010 : Début du mouvement social contre le chômage et la vie chère à Sidi Bouzid (centre-ouest) en réaction à l'immolation le 17 décembre d'un jeune marchand de rue qui protestait contre la saisie de sa marchandise par la police.
     
  • 24 décembre 2010 : La police tire à balles réelles sur des jeunes qui manifestaient pour le droit au travail à Menzel Bouzayane (60 km de Sidi Bouzid) et fait deux morts.
     
  • 3-7 janvier 2011 : Violences à Saïda et manifestations à Thala (centre-ouest) marquées par des saccages et l'incendie de bâtiments officiels.
     
  • 8-10 janvier 2011 : Les classes moyennes rejoignent le mouvement. Les émeutes les plus sanglantes ont lieu à Kasserine, faisant 21 morts selon les autorités, plus de 50 selon une source syndicale. Affrontements à Kairouan (centre).
     
  • 10 janvier 2011 : Le président Ben Ali dénonce des « actes terroristes » perpétrés par des « voyous cagoulés » et promet à la télévision la création de 300 000 emplois supplémentaires d'ici 2012.
     
  • 11 janvier 2011 : Premiers affrontements à Tunis et sa banlieue, poursuite des violences à Kasserine. Fermeture des écoles et des universités.
     
  • 12 janvier 2011 : Le Premier ministre annonce le limogeage du ministre de l'Intérieur, la libération des personnes arrêtées, sauf celles « impliquées dans des actes de vandalisme » et une enquête sur la corruption. Plusieurs morts dans des manifestations à travers le pays, notamment un franco-tunisien à Douz (sud).
     
  • 13 janvier 2011 : Ben Ali s'invite pour la troisième fois à la télévision. Il s'engage à quitter le pouvoir en 2014.
     
  • 14 janvier 2011: Des milliers de manifestants se rassemblent à Tunis et en province, aux cris de « Ben Ali dehors ». Violents heurts dans la capitale entre des groupes de manifestants et des policiers anti-émeutes. Ben Ali limoge son gouvervement et appelle à des législatives anticipées dans six mois. Finalement en début de soirée on annonce que Ben Ali, après vingt trois années au pouvoir, a quitté le pays. L'intérim est assuré par le Premier ministre Mohammed Ghannouchi.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.